Présidentielle américaine, le Jour J

Les candidats Hillary Clinton et Donald Trump lors du second débat télévisé, le 9 octobre. Les candidats Hillary Clinton et Donald Trump lors du second débat télévisé, le 9 octobre. [Paul J. Richards / AFP]

Clôturant une campagne électorale d’une rare violence, les Américains sont appelés ce mardi 8 novembre aux urnes pour désigner leur prochain chef d’État.

Il s'agira soit d'une femme, Hillary Clinton, soit d'un homme d’affaires entré l’an dernier en politique, Donald Trump. Dans un cas comme dans l’autre, le résultat va être historique. Et dans un cas comme dans l’autre, il y aura de nombreux déçus. 

A lire aussi : Clinton-Trump : deux candidats que tout oppose

Les Démocrates, à commencer par le président sortant Barack Obama, ne voient pas en Donald Trump un simple adversaire, mais bien une menace pour la démocratie en Amérique. Ils n’accepteront pas facilement sa victoire. 

D’un autre côté, si le candidat républicain perd, certains élus ont évoqué la possibilité de déclencher une procédure de destitution à l’encontre d’Hillary Clinton, qu’ils accusent d’ores et déjà de fraude.

A lire aussi : Présidentielle américaine: à quelle heure connaîtra-ton les résultats?

Dans ce contexte, le gagnant aura pour première mission de réconcilier un pays dont la campagne écoulée a révélé et accentué les divisions. Il devra ensuite s’emparer des dossiers urgents que sont les inégalités économiques, qui se sont creusées malgré la reprise, et les tensions raciales, exacerbées depuis quelques mois à la suite de nombreuses bavures policières.

Enfin, il aura à faire face à une situation internationale toujours plus complexe, entre réseaux terroristes sans frontières et urgence climatique. Des défis d’autant plus difficiles à relever que l’élu(e) succédera à Barack Obama, qui demeure à la fin de son second mandat, et malgré quelques déceptions, l’un des présidents les plus populaire de l’histoire des États-Unis.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles