Présidentielle américaine, mode d'emploi

Scrutin aux Etats-Unis Le 8 novembre, les citoyens se rendront aux urnes pour l'élection présidentielle. [STEPHANE JOURDAIN / AFP]

Ce 8 novembre, les Américains se rendent aux urnes pour élire leur futur(e) président(e) et renouveler les membres du Congrès. Un événement politique majeur organisé selon un dispositif bien précis.

Il s'agit de la 58e élection présidentielle américaine depuis 1788. Un scrutin qui pourrait bien marquer l'histoire. Pour la première fois, une femme, Hillary Clinton, est en effet investie par l'un des deux grands partis historiques, le parti Démocrate. Elle affronte, côté républicains, l'homme d'affaires Donald Trump. Ce dernier n'a jamais occupé de fonction publique, ce qui constitue également une nouveauté par rapport aux candidatures précédentes. 

Une tradition bien huilée

Mais si les candidats de ce 58e scrutin sortent du lot, son organisation répond, elle, à des règles milimétrées qui n'ont pas changé depuis des décennies. Le jour de l'élection du président américain («Election day») se déroule ainsi traditionnellement le mardi qui suit le premier lundi de novembre. Cette année, l'«Election day» tombe ainsi le 8 novembre.

A lire aussi : Hillary Clinton serait une cousine éloignée de François Hollande

L'organisation du scrutin relèvant des Etats eux-mêmes, certains électeurs peuvent toutefois voter en avance, éventuellement sur Internet. Ce vote anticipé est notamment pratiqué dans le Minnesota et le Dakota du Sud, où les citoyens pourront se rendre aux urnes dès le 23 septembre. 

Le président américain est élu au suffrage indirect. Les citoyens votent élisent des grands électeurs, qui affichent leur soutien à tel ou tel candidat. Il faut 270 grands électeurs pour remporter l'élection. Chaque Etat dispose de son propre nombre de grands électeurs, déterminé par le poids démographique de l'Etat. A titre d'exemple, la Californie compte 55 grands électeurs quand le Vermont en compte 3.

«The winner takes all»

Dans tous les États sauf deux (Maine et Nebraska), le candidat qui obtient le plus de voix remporte la totalité des grands électeurs de l'Etat en vertu de la règle du «tout au vainqueur» («the-winner-takes-all system»). Ce système explique la disparité entre les résultats du vote populaire et le résultat de l'élection. Ainsi, lors de la présidentielle de 2000, George W. Bush a été élu Président (grâce à sa victoire dans l'Etat de Floride) alors que sur l'ensemble des Etats-Unis son adversaire démocrate Al Gore comptabilisait davantage de voix .

A lire aussi : Donald Trump président des États-Unis: quelles conséquences

Les représentants et sénateurs, en revanche, sont désignés au suffrage universel. Chaque État élit deux sénateurs, et un nombre de représentants proportionnel à sa population. Au total, la chambre des représentants compte 435 élus. Ces deux institutions forment le Congrès américain. 

Certains Etats sont plus choyés que d'autres par les candidats lors de la campagne : les swing states. Ce sont les Etats indécis dans lesquels aucun des deux camps ne domine. Ils peuvent faire basculer élection. C'est le cas de la Floride, de l'Ohio, du Colorado

Une fois le vote terminé et le nom du président connu (le 8 novembre vers 5h du matin heure française), les grands électeurs élus se réunissent dans chaque Etats pour désigner officiellement le Président et le Vice-Président. Par la suite, les voix sont comptabilisées en janvier lors d'une session du Congrès. Le président élu est investi traditionnellement le 20 janvier.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles