Thaïlande : condamnée à 150 ans de prison pour crime de lèse-majesté

Le roi Bhumibol Adulyadej est décédé en octobre 2016. [STRINGER / AFP]

Une sexagénaire a été reconnue coupable d’avoir prétendu avoir des liens avec la famille royale dans le but d’extorquer l’équivalent de 135.000 euros et condamnée, vendredi 18 novembre, à une peine record de 150 ans de prison. 

Kramonthas Thanathornkositcheera avait assuré à ses victimes que, «s’ils faisaient des dons pour la famille royale», cela leur vaudrait des faveurs en retour, a assuré le représentant du Parquet à l’audience. Pour asseoir sa crédibilité auprès de ses victimes, elle avait mis au point de faux documents de l’administration royale et prétendait que des représentants du palais avaient assisté à son anniversaire.

A lire aussi : Le roi de Thaïlande est mort

La famille royale pèse fortement sur l’économie thaïlandaise en contrôlant notamment de grandes entreprises. Elle est protégée par une loi de lèse-majesté, l’une des plus sévères au monde, appliquée avec zèle depuis un coup d’Etat militaire réalisé en 2014 au nom de la protection de la monarchie.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles