Il possédait un Leonard de Vinci sans le savoir

La genèse de cette histoire à peine croyable, prend sa source en mars dernier.[DR]

Il possédait un véritable trésor chez lui sans le savoir. Un retraité a fait expertiser l’un des quatorze dessins dont il était en possession. Il a rapidement été établi que l’œuvre avait été dessinée par Leonard de Vinci. Sa valeur est estimée à 15 millions de dollars.

La genèse de cette histoire à peine croyable prend sa source en mars dernier lorsque cet ancien médecin décide de se rendre à la célèbre maison de vente aux enchères Tajan, à Paris. Là, l’expert scrute avec attention les dessins présentés face à lui. L’un d’entre eux retient son attention : une représentation italienne datant de la Renaissance, exécutée au crayon et à l’encre, et évoquant Saint-Sébastien, le patron des archers.

La suite de l’expertise est menée par un deuxième professionnel, dont l’avis vient appuyer les constatations établies par son confrère. Toutefois, il pousse l’analyse plus loin. En effet, sa principale hypothèse laisse à penser que le dessin est l’œuvre d’un gaucher. Or, il s’avère qu’à l’époque où a été produite cette représentation, un seul gaucher maîtrisait les techniques employées sur le dessin expertisé : Leonard de Vinci himself.

A lire aussi : Une information étonnante dans un «gribouillis» de Leonard de Vinci

Un rapprochement avec le Codex Atlanticus

Par ailleurs, deux petits dessins à l’encre sont découverts au verso. A côté d’eux, figurent des inscriptions dont l’écriture a été inversée. La technique qu’utilisait précisément le peintre florentin pour protéger ses travaux.

C’est la conservatrice au Metropolitan Museum de New York, qui procède à l’ultime étape de l’expertise. Rapidement, elle fait le rapprochement avec le Codex Atlanticus, le document où sont recensées les œuvres produites par De Vinci. Celui-ci prétend que l’artiste a, en réalité, réalisé huit dessins de Saint-Sébastien. Deux d’entre eux sont exposés à Bayonne et Hambourg. Le troisième, sous ses yeux, pourrait être mis aux enchères en juin prochain.

Les cinq autres, dispersés dans la nature, restent à trouver.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles