Un camion fonce sur des soldats israéliens à Jérusalem, l'assaillant est un sympathisant de Daesh

La police évoque une «possible attaque terroriste».[AHMAD GHARABLI / AFP ]

Quatre soldats israéliens ont été tués dimanche lorsqu'un camion a percuté un groupe de militaires à Jérusalem-ouest, a rapporté une source médicale.

Selon un médecin sur place, le chauffeur du camion a également été tué. Son nom n'a pas été dévoilé. «Nous connaissons l'identité de l'assaillant qui, selon toutes les indications, soutient Daech», a néanmoins déclaré Benjamin Netanyahu selon ses services.

Le Premier ministre israélien a placé cette attaque dans un contexte international. «Nous savons que les attentats se succèdent, de la France à Berlin et maintenant à Jérusalem, et il est probable qu'il y ait un lien entre eux», a-t-il dit.

A lire aussi : Jérusalem : un Palestinien tué après avoir attaqué un policier

D'après les secours israéliens, quinze soldats ont également été blessés, dont un grièvement. «La promenade Haas, parc habituellement très calme, est généralement fréquenté autant par des Juifs que des Arabes», indique le correspondant au Proche-Orient de France 2 et «les jeunes recrues sont souvent regroupées dans ce parc très calme avec une très belle vue sur Jérusalem.» «Les soldats étaient par groupes de 30 environ» pour une visite sur le thème de la ville.

Selon des responsables de la sécurité palestinienne, le chauffeur du camion serait un Palestinien habitant le quartier de Jabal Moukaber à Jérusalem-est, proche des lieux.

Un porte-parole de la police israélienne, Micky Rosenfeld, a indiqué que les victimes faisaient partie d'un groupe de soldats descendant d'un bus pour se rendre sur un lieu de promenade offrant une belle vue sur la Vieille ville de Jérusalem.

Vague de violences

Soudain, le conducteur du camion «a foncé avec son véhicule sur eux», a précisé le porte-parole. Une série d'attaques au couteau, à l'arme à feu ou à la voiture-bélier, a commencé à l'automne 2015 en Cisjordanie, à Jérusalem et en Israël. Elle s'est poursuivie avec une intensité moindre ces derniers mois.

Avant dimanche, cette vague de violences a coûté la vie à 246 Palestiniens, 36 Israéliens, deux Américains, un Jordanien, un Érythréen et un Soudanais depuis le 1er octobre 2015, selon un décompte de l'AFP.

A lire aussi : Israël approuve la construction de nouveaux logements en Cisjordanie

La plupart des Palestiniens tués sont des auteurs ou auteurs présumés d'attaques anti-israéliennes, souvent commises à l'arme blanche par des jeunes gens isolés. Le drame de dimanche intervient cinq jours après la condamnation, très médiatisée, d'un jeune soldat israélien accusé d'avoir achevé un assaillant palestinien blessé.

Le sergent franco-israélien Elor Azaria, 20 ans, a été reconnu coupable d'homicide volontaire par un tribunal militaire israélien. Les juges devraient prendre plusieurs semaines avant de prononcer leur peine contre le sergent qui encourt 20 ans de prison.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles