Escroquerie aux dons et exploitation sexuelle : l’affaire Nadia choque l’Espagne

Deux enquêtes ont été ouvertes à l'encontre du couple. [CC / Pixabay]

Un couple suscite l’indignation en Espagne depuis plusieurs jours. Il est notamment accusé d’avoir détourné le million d’euros de dons reçus pour soigner sa fille malade.

Pendant des années, Fernando Blanco et Magarida Grau avaient multiplié les appels aux dons pour les aider à soigner Nadia. La fillette, aujourd’hui âgée de 11 ans, est en effet atteinte de trichothiodystrophie, une maladie génétique rare qui peut notamment provoquer une perte de cheveux, des problèmes de peau, voire même des retards de croissance et mentaux.

Les Espagnols s’étaient notamment émus de de l’héroïsme du père de Nadia, qui avait notamment affirmé avoir passé un mois en Afghanistan pour retrouver un médecin généticien. En novembre, Fernando Blanco avait de nouveau sollicité la générosité de ses compatriotes, sa fille pouvant bénéficier d’un traitement révolutionnaire dans un hôpital du Texas aux Etats-Unis. 

Nadia est en réalité hors de danger

Plusieurs journaux espagnols ont alors enquêté et ont fini par découvrir qu’il s’agissait d’une vaste supercherie. Non seulement le père n’a jamais été en Afghanistan mais le traitement révolutionnaire américain n’existe pas non plus. Ils ont également découvert que la petite Nadia est hors de danger.

Comme le rapporte le Parisien, les parents avaient récolté 918.000 euros au fil des années. Sur cette somme, le couple avait dépensé 600.000 euros dans l’achat d’une maison, d’une voiture et de montres de luxe… Le reste de l’argent se trouvait toujours sur leur compte en banque. Tant et si bien qu’une enquête pour escroquerie a été ouverte. Fernando Blanco a été arrêté dans la foulée à proximité de la frontière française alors qu’il tentait de fuir le pays en possession d’argent, d’une arme chargée à blanc ainsi que d’une clé USB.

A lire aussi : Une Miss feint un cancer et récolte des milliers de dollars

Et l’affaire ne s’arrête pas là. Les enquêteurs ont en effet découvert que la clé USB saisie contenait des photos de la fillette dénudée ainsi qu’un cliché montrant les parents en plein acte sexuel sous les yeux de leur enfant. Lors de leur interrogatoire devant le juge, Fernando Blanco et Magarida Grau ont affirmé que les photos de Nadia servaient à surveiller l’évolution de la maladie de leur fille. «Il n’y a rien de spécial, ni à contenu pornographique, sexuel ou d’exploitation», a souligné de son côté leur avocat.

Des explications qui n’ont pas convaincu la justice qui a ouvert une deuxième enquête pour exhibitionnisme, provocation sexuelle et exploitation sexuelle cette fois. La petite fille a quant à elle été confiée à l’une de ses tantes. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles