Obama - Trump : d'une Amérique à l'autre

Les deux présidents se sont rencontrés au lendemain de l'élection de Donald Trump. Les deux présidents se sont rencontrés au lendemain de l'élection de Donald Trump. [JIM WATSON / AFP]

Barack Obama, le président sortant, et son successeur Donald Trump apparaissent comme les deux faces d’un même pays, qui tourne une page de son histoire.

Ce vendredi 20 janvier, Barack Obama ne sera plus président des Etats-Unis. Lors de son investiture en 2009, il incarnait, par sa jeunesse et sa couleur de peau, une rupture historique par rapport à ses prédécesseurs. Mais aujourd’hui, alors que s’apprête à lui succéder un magnat de l’immobilier devenu star de la télé-réalité, son profil d’avocat diplômé de Harvard et élu sénateur paraît presque conventionnel.

Entre les deux hommes, ce n’est pas un simple passage de flambeau qui se joue, mais bien la transition d’une Amérique à une autre, radicalement différente.

Deux visions incompatibles

«Barack Obama avait une vision des Etats-Unis inclusive et tolérante, fondée sur le respect de l’autre», souligne Anne Deysine, politologue spécialiste des Etats-Unis. Sur le plan intérieur, cela s’est traduit par une volonté de rendre la société plus égalitaire, notamment à travers la réforme du système de santé.

Au niveau international, le président sortant a tenté de protéger les intérêts et la sécurité du pays dans un monde devenu multipolaire, reconnaissant que les Etats-Unis ne pouvaient plus jouer leur vieux rôle de gendarme.

A lire aussi : Obama estime qu'il aurait battu Trump s'il avait pu se présenter

Il a aussi manifesté à plusieurs reprises sa confiance dans le dialogue, y compris avec les traditionnels ennemis de l’Amérique, rétablissant des relations diplomatiques avec Cuba et parvenant à conclure un accord sur le nucléaire iranien. «La vision de Donald Trump est au contraire construite sur la peur, le rejet de l’autre et l’enfermement sur soi», explique la spécialiste.

D’un président qui voulait bâtir des ponts – au sens figuré –, on passe à un président qui veut dresser des murs, au sens propre.Celui qu’il appelle de ses vœux à la frontière mexicaine pourrait même être un des premiers projets qu’il mettra en œuvre, ayant déjà déclaré vouloir le réaliser sans attendre les financements qu’il espère obtenir de Mexico.

Deux styles opposés

Cette opposition entre les deux hommes se traduit également dans leur style. En dépit d’une spontanéité affichée, Barack Obama s’est en effet distingué par son élégance et sa retenue. Contrairement à ses prédécesseurs, il quitte la Maison Blanche sans avoir traversé le moindre scandale.

A l’inverse, les polémiques se sont succédé au sujet de Donald Trump, avant même qu’il n’accède au pouvoir. Des polémiques dont il n’hésite pas à faire une arme, les provoquant volontiers lui-même sur Twitter. Là où Barack Obama s’est imposé comme l’homme des beaux discours, le président élu préfère, pour s’adresser à ses compatriotes, ces messages de 140 signes.

A lire aussi : Obama se moque des tweets de Trump à la télévision

C’est donc une tout autre atmosphère qui règnera désormais à la Maison Blanche. D’autant que les familles des deux hommes sont aussi différentes. Celle de Donald Trump pourrait d’ailleurs ne pas s’installer à Washington, pour rester à New York, dans la tour qui porte son nom. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles