C’est prouvé, la plupart des personnes ne veulent pas connaître l’avenir

85% des gens ne souhaitent pas savoir si leur mariage se terminera par un divorce. [PAUL J. RICHARDS / AFP]

Qu’il s’agisse d’anticiper de bonnes ou de mauvaises nouvelles, une étude montre que la majorité des personnes préfère ne pas savoir à l’avance de quoi sera fait le futur. 

La recherche menée auprès de plus de 2.000 participants, établit par exemple que 85% des personnes ne souhaitent pas savoir si leur mariage se terminera par un divorce. Même pourcentage lorsqu’il s’agit de savoir la date de sa mort ou celle de son conjoint. L’ignorance reste également un choix privilégié pour les événements plus heureux. Ainsi, 77% des personnes ne veulent pas qu'on leur révèle le résultat d’un match de football.

A lire aussi : Ce compte Twitter prédit-il l'avenir

« Nous vivons dans un monde où règne cette idée qu’il est bon d'avoir toujours plus d’informations et où la plupart des technologies tentent d’attraper le futur pour que l’avenir soit le plus certain possible. Cette recherche essaie de montrer que ce n’est pas forcément ce que les gens désirent», explique Gerd Gigerenzer, coauteur de l’étude menée par l’Institut Max Planck pour le développement humain.

Exception le bébé et les cadeaux de Noël

La curiosité de quelques participants est tout de même revenue au galop pour certaines questions. 43% souhaitent savoir s’il y a une vie après la mort et 41% aimeraient bien avoir un aperçu de leurs cadeaux de Noël. Au sujet de la natalité, 60% des sondés reconnaissent ne pas pouvoir attendre la naissance pour connaître le sexe de leur bébé. L’étude observe également que ceux qui pratiquent une religion sont plus susceptibles de vouloir savoir ce que l’avenir leur réserve.

Pour conclure, les auteurs déduisent que le fait de se prémunir des émotions négatives et le fait de préserver des éléments de surprise dans sa vie sont ancrés en nous et nous protégent du sentiment de regret.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles