Argentine : l'ex-présidente Kirchner sera jugée

Depuis qu'elle a quitté le pouvoir en décembre 2015, elle vit en Patagonie, en retrait de la vie politique[Juan Mabromata / AFP]

L'ex-présidente argentine Cristina Kirchner (2007-2015), soupçonnée d'un délit financier durant son mandat, sera jugée, selon la décision du juge publiée mardi par le Centre d'information judiciaire (CIJ).

Dans l'affaire dite du «dollar futur», elle est accusée de préjudice à l'Etat lors d'une opération de spéculation sur les taux de change réalisée par la Banque centrale en 2015, la dernière de ses huit années de mandat.

Outre Cristina Kirchner, 64 ans, son ministre de l'Economie au moment des faits, Axel Kicillof, et l'ex-président de la banque centrale d'Argentine (BCRA) Alejandro Vanoli seront également sur le banc des accusés, précise le Centre d'information judiciaire (CIJ), dépendant de la Cour suprême. La date du procès n'a pas été communiquée.

L'annonce de ce renvoi devant la justice intervient alors que la tension sociale est forte en Argentine et que nombre des partisans de Cristina Kirchner manifestent contre la politique du président de centre-droit Mauricio Macri, au pouvoir depuis fin 2015.

Des élections législatives de mi-mandat auront lieu en octobre et une des incertitudes de la campagne porte sur un éventuel retour au premier plan de Mme Kirchner.

Depuis qu'elle a quitté le pouvoir en décembre 2015, elle vit en Patagonie, en retrait de la vie politique. Mme Kirchner a également été inculpée dans deux autres affaires de corruption. Elle accuse de persécution politique le gouvernement, qui se défend d'exercer une influence sur la justice.

Vous aimerez aussi

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et sa femme Sara à Jérusalem le 27 novembre 2018  [GALI TIBBON / AFP/Archives]
Israël La police israélienne recommande l'inculpation de Netanyahu pour corruption
Israël Visé par la police pour corruption, Netanyahu réfute
Arrivée de Jean-Luc Mélenchon dans les locaux de la police anticorruption (Oclciff) à Nanterre, jeudi 18 octobre 2018 [Lionel BONAVENTURE / AFP]
Justice Mélenchon, entendu par la police anticorruption, se défend de toute «obstruction»

Ailleurs sur le web

Derniers articles