Donald Trump est obligé d'abandonner sa réforme de l'Obamacare, faute de majorité

Il est obligé d'abandonner, faute de majorité.[MANDEL NGAN / AFP]

Le président Donald Trump a subi une lourde défaite politique vendredi après avoir demandé aux républicains de retirer le projet phare de réforme du système de santé, faute de majorité, selon une source au Congrès.

Le président américain Donald Trump s'est déclaré vendredi «déçu» et «un peu surpris» après l'échec de son projet de loi sur la santé au Congrès, jugeant qu'il était «tout près» d'être adopté. «Je suis déçu (...) je suis un peu surpris pour être honnête», a déclaré le président depuis le Bureau ovale.

«Nous étions tout près, cela s'est joué à très peu de chose», a-t-il ajouté, visiblement touché par ce cinglant camouflet mais gardant un ton très posé. La majorité de la Chambre des représentants s'est fracassée sur le projet d'abrogation et de remplacement d'«Obamacare», loi signée en 2010 par Barack Obama. Un vote, d'abord prévu jeudi puis repoussé à vendredi, a finalement été annulé quelques minutes avant.

«Une très très bonne loi»

Le président républicain a aussi redit sa conviction qu'«Obamacare» allait s'effondrer d'elle-même. «Elle implose et va bientôt exploser et cela ne va pas être beau», a-t-il dit. Le magnat de l'immobilier, arrivé au pouvoir sans la moindre expérience politique, se sent-il trahi par ceux des élus de la majorité républicaine qui ne l'ont pas suivi en dépit de ses appels répétés à voter pour la loi ? 

«Je ne vais pas dire du mal de qui que ce soit au sein du parti», a-t-il répondu, affirmant garder toute sa confiance à Paul Ryan, président de la Chambre des représentants. «C'était une très très bonne loi», a-t-il martelé. Interrogé sur la façon dont il entendait s'y prendre désormais, il est resté évasif sur le système de santé mais a affiché sa volonté d'engager prochainement une vaste réforme fiscale.

«Nous allons probablement nous tourner désormais vers la réforme fiscale que nous aurions pu faire plus tôt», a-t-il déclaré, le président Mike Pence et le ministre de la Santé Tom Price à ses côtés, visages fermés.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles