Erdogan dit qu'il rencontrera Trump mi-mai aux Etats-Unis

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, le 15 avril 2017 à Istanbul [OZAN KOSE / AFP/Archives] Le président turc Recep Tayyip Erdogan, le 15 avril 2017 à Istanbul [OZAN KOSE / AFP/Archives]

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a indiqué jeudi qu'il rencontrerait son homologue américain Donald Trump à la mi-mai aux Etats-Unis, pour la première fois depuis la prise de fonction du nouvel hôte de la Maison Blanche.

Recep Tayyip Erdogan a indiqué à la chaîne d'information turque A News qu'il rencontrerait Donald Trump lors d'un déplacement aux Etats-Unis prévu immédiatement après une visite qu'il doit achever le 15 mai en Chine. «J'espère que cet entretien en tête-à-tête aux Etats-Unis en mai posera les bases d'une coopération plus étroite», a déclaré Recep Tayyip Erdogan.

Les deux dirigeants devraient s'entretenir de la situation en Syrie et de la demande d'extradition turque du prédicateur Fethullah Gülen, bête noire d'Ankara, qui s'est installé aux Etats-Unis. Ces deux dossiers ont empoisonné les relations entre la Turquie et les Etats-Unis ces derniers mois. «Je suis convaincu que Donald Trump accomplira ce que le président Obama a échoué à accomplir», a déclaré Recep Tayyip Erdogan sur A News, au sujet de la demande d'extradition du prédicateur Gülen, restée lettre morte à ce jour.

Le cas Gülen

Les autorités turques affirment que Fethullah Gülen est l'instigateur de la tentative de coup d'Etat du 15 juillet, ce que l'intéressé nie catégoriquement. «Ce chef terroriste réside actuellement dans un pays qui est notre allié stratégique», a déploré Recep Tayyip Erdogan. Le chef de l'Etat turc a par ailleurs critiqué à plusieurs reprises le soutien de Washington à des milices kurdes dans le nord de la Syrie qui combattent Daesh, mais qu'Ankara considère comme des «terroristes» au même titre que l'organisation jihadiste.

Avant sa rencontre avec Donald Trump, Recep Tayyip Erdogan doit se rendre en Russie et rencontrer le président Vladimir Poutine le 3 mai, ont rapporté les médias turcs. Lors de son entretien à A News, Recep Tayyip Erdogan a également réagi aux critiques après sa victoire dimanche à un référendum sur le renforcement de ses pouvoirs, un scrutin qu'il a remporté de peu et que l'opposition conteste. «Cette affaire est terminée», a déclaré le président turc, rappelant que le Haut-Conseil électoral avait rejeté les demandes d'annulation du référendum par des partis de l'opposition.

Après cette victoire étriquée, Donald Trump avait été l'un des premiers dirigeants étrangers à appeler Recep Tayyip Erdogan pour le féliciter.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles