L'ex-commandant du Costa Concordia définitivement condamné à 16 ans de prison

L'ex-commandant du Costa Concordia Francesco Schettino quitte le tribunal de Grosseto, le 15 avril 2013 [Tiziana FABI, Tiziana FABI / AFP/Archives] L'ex-commandant avait quitté le navire alors qu'il restait probablement encore 2.000 personnes à bord. [Tiziana FABI, Tiziana FABI / AFP/Archives]

La cour de Cassation italienne a confirmé vendredi la condamnation de Francesco Schettino, l'ex-commandant du Costa Concordia, qui a immédiatement commencé à purger sa peine pour le naufrage du paquebot ayant fait trente-deux morts en janvier 2012.

Surnommé le «capitaine couard» par les médias pour avoir quitté son navire en pleine opération de sauvetage, il avait été condamné en février 2015 à seize ans de prison ferme pour homicides, abandon de navire et naufrage, une peine confirmée en appel en mai 2016.

Selon son avocat, Me Saverio Senese, le Napolitain de 56 ans a attendu la décision seul et dans la discrétion, près de la prison romaine de Rebbibia : «Il a dit: "Je crois en la justice, les décisions doivent être respectées, je vais me constituer prisonnier"». «Il y a de l'amertume parce qu'il est le seul à payer. Comme toujours en Italie, il n'y a que les boucs émissaires qui paient», a-t-il ajouté, en n'excluant pas de saisir la justice européenne.

Au soir du 13 janvier 2012, le Costa Concordia, un navire de croisière deux fois plus gros que le Titanic, avait heurté un rocher alors qu'il naviguait trop près des côtes de l'île du Giglio, au large de la Toscane.

Il s'était alors échoué sur des rochers à quelques dizaines de mètres de l'île, avec à son bord 4.229 passagers et membres du personnel. Le drame a fait trente-deux morts, dont un qui n'a jamais été retrouvé. La justice reproche à M. Schettino d'avoir effectué une manoeuvre hasardeuse pour saluer l'île du Giglio, puis d'avoir attendu une heure avant de sonner l'alarme malgré le trou béant dans la coque, laissant le navire pencher au point de rendre la moitié des chaloupes inutilisables. Et enfin d'avoir lui-même emprunté une chaloupe alors qu'il restait probablement encore 2.000 personnes à bord. «Remontez à bord, bordel de merde !», lui avait lancé dans la nuit un responsable des gardes-côtes. L'enregistrement de cet échange a fait le tour du monde.

Détesté dans son pays

En une nuit, le capitaine bronzé et gominé qui aimait faire monter de jolies femmes sur la passerelle est devenu l'un des hommes les plus raillés de la planète. Et l'un des plus détestés dans son pays, qui ne lui a pas pardonné la honte de ce géant des mers échoué, dans lequel certains ont vu une allégorie de l'Italie.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles