Trump a mis en danger un espion infiltré au sein de Daesh

Trump accompagné du ministre des Affaires étrangères russe et de l'ambassadeur de Russie aux Etats-Unis. [HO / RUSSIAN FOREIGN MINISTRY / AFP]

Selon des représentants des Etats-Unis, la vie d’un espion israélien, infiltré au sein du groupe terroriste Daesh, serait en péril suite à la divulgation d’informations sensibles par Donald Trump au gouvernement russe.

Selon ABC News, l’espion en question avait livré aux Etats-Unis des renseignements concernant un sombre projet fomenté par Daesh : le groupe aurait l'intention de détruire un avion à l'aide d'une bombe dissimulée dans un ordinateur portable, un mécanisme indétectable par les dispositifs de sécurité mis en place dans les aéroports, d’après les affirmations de certains représentants américains. Toujours selon ces derniers, cette information sensible avait été partagée avec les Etats-Unis à la conditions expresse qu’elle ne soit pas divulguée.

Ce renseignement, jugé fiable, avait été pris en considération par les Etats-Unis, si bien qu’ils pensent bannir les ordinateurs portables à bord des vols en provenance d’Europe. Une menace d'autant plus sérieuse qu’il y a deux ans, Daesh avait revendiqué l’explosion d’un avion russe, causant la mort de plus de 200 passagers. Ils avaient alors affirmé que la bombe était cachée dans une canette de soda.

Un «risque réel» pour la lutte antiterroriste

Cet attentat justifiait d’ailleurs, selon H.R. McMaster, la révélation du président Donald Trump aux russes. Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche a en effet affirmé mardi que, dans ce contexte, «il était parfaitement approprié de partager la nature de cette menace qui sert de base à une action et une coordination commune».

Mais beaucoup de spécialistes de la lutte antiterroriste estiment que ce que le président américain affirme n’être qu’un partage de «faits» était en réalité une grossière erreur.

«Le risque réel [causé par la révélation de ces informations secrètes] ne touche pas uniquement cette source, elle concerne également les futures sources en possession d’informations concernant des projets d'attentat contre nous», a déclaré Matt Olsen, ancien directeur du centre national contre le terrorisme des Etats-Unis à ABC News.

Dan Shapiro, ancien ambassadeur des Etats-Unis à Tel Aviv, qualifie quant à lui le président et son équipe d’«imprudents», ajoutant que cette affaire démontre «une incompréhension de la manière dont on protège des informations sensibles».

Créant ainsi un précédent, Dan Shapiro craint qu’Israël n’hésite désormais à partager de nouvelles informations avec les Etats-Unis. selon ses propos rapportés par ABC News, cette affaire va «immanquablement amener les services de renseignement israéliens à faire preuve de plus de prudence».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles