Attaque du casino de Manille : l'assaillant n'était pas un terroriste

Daesh aurait revendiqué l'attaque mais les autorités écartent la thèse d'un acte terroriste. [NOEL CELIS / AFP]

Au moins trente-sept personnes sont mortes dans l'attaque du Resorts World Manila, un hôtel-casino de Manille. L'auteur de l'attaque s'est suicidé. 

Selon les premiers éléments d'informations, un homme a fait irruption dans l'établissement vers minuit et a tiré sur la foule avec un fusil d'assaut M4. Equipé d'une bouteille de pétrole, il a ensuite mis le feu à une table de jeu, provoquant un vaste incendie. Le chef de la police de Manille, Oscar Albayalde, a indiqué que trente-sept personnes sont décédées par suffocation. Cinquante-trois personnes ont par ailleurs été blessées dans le mouvement de foule qui a suivi la fusillade. 

L'auteur de l'attaque s'est quant à lui suicidé par le feu dans une chambre de l'établissement. «Il s'est allongé sur le lit, a mis une couverture sur lui, a semble-t-il versé de l'essence sur la couverte et s'est brûlé lui-même», a expliqué Ronald dela Rosa, un autre responsable de police. 

Attaque revendiquée par Daesh

Daesh a revendiqué l'attaque dans la soirée, affirmant que des «loups solitaires» lui ayant fait allégeance en étaient les auteurs, selon le réseau de surveillance SITE. Mais les autorités philippines ont cependant réfuté la thèse terroriste.

Un sac à dos appartenant au tueur et contenant des jetons d'une valeur de 2,3 millions de dollars ayant été retrouvé sur place, la police a d'abord pensé à «un simple cambriolage», comme le soulignait Oscar Albayalde. L'hypothèse a finalement était écartée, une fois l'identité du tueur révélée.

L'assaillant est présenté comme étant Jessie Javier Carlos, un Philippin catholique de 43 ans. Ce père de trois enfants était, depuis le mois d'avril, interdit de casino par la Corporation philippine du jeu, Pagcor. «Il est lourdement endetté en raison de son addiction aux casinos. C'était devenu un sujet de mésentente avec sa femme et ses parents», a expliqué le chef de la police de la capitale philippine.

«Pagcor l'a banni des casinos à la demande de ses proches. Cela a pu être le facteur déclenchant. C'est pourquoi il en voulait tant aux casinos». Son compte en banque était à découvert de quatre millions de pesos (environ 72 000 euros).

La semaine dernière, le président Rodrigo Duterte a décrété la loi martiale dans la région méridionale de Mindanao, pour faire face aux attaques de combattants ayant prêté allégeance à Daesh. Dans cette région, qui s'étend sur un tiers du territoire philippin, vivent 20% des plus de cent millions d'habitants de l'archipel. Le président avait menacé d'étendre ce régime d'exception à tout le pays si la menace terroriste s'amplifiait.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles