Deux soldats américains tués par un militaire afghan

Des soldats américains en patrouille dans la province orientale de Nangarhar, bastion des combattants jihadistes du groupe de l'Etat islamique, le 15 avril 2017 [NOORULLAH SHIRZADA / AFP/Archives] Des soldats américains en patrouille dans la province orientale de Nangarhar, bastion des combattants jihadistes du groupe Daesh, le 15 avril 2017 [NOORULLAH SHIRZADA / AFP/Archives]

Deux soldats américains ont été tués et deux blessés samedi par un militaire afghan dans la province orientale de Nangarhar.

Il s’agit du bastion des combattants jihadistes du groupe de Daesh, a annoncé un responsable local. L'attaque a été revendiquée par les Talibans qui l'ont attribuée à un élément infiltré. Un porte-parole des Talibans, Zabihullah Mujahid, a assuré sur Twitter que quatre soldats américains avaient été tués. Mais le bilan des insurgés afghans est de façon notoire amplifié.

«Aujourd'hui, autour de midi, un militaire afghan a ouvert le feu sur des soldats américains dans le district d'Achin, en tuant deux. Le militaire a été tué à son tour dans des tirs de riposte», a déclaré à l'AFP le porte-parole de la province, Attaullah Khogyani.

Un problème récurrent en Afghanistan

Les forces de l'Otan à Kaboul n'ont pas voulu commenter l'évènement dans l'immédiat. «Nous sommes au courant d'un incident survenu dans l'est de l'Afghanistan. Nous fournirons davantage d'informations quand cela sera approprié», a indiqué la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis dans un bref communiqué.

Ce type d'attaques au cours desquelles des soldats ou des policiers afghans retournent leurs armes contre des militaires de la coalition internationale, représente un problème récurrent et d'importance pour l'Otan depuis que l'Alliance est présente en Afghanistan aux côtés des forces afghanes.

Des responsables occidentaux considèrent que ces actes trouvent leur origine dans des rancunes personnelles ou des malentendus d'ordre culturel plutôt que dans des initiatives d'éléments insurgés.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles