Plusieurs espèces déjà menacées par le réchauffement climatique

Réserve africaine Réserve africaine de Sigean dans le Sud de la France[RAYMOND ROIG / AFP]

Mauvaise nouvelle pour la faune africaine. On sait malheureusement que de nombreuses espèces sont déjà menacées par les activités humaines et leurs conséquences climatiques.

Mais il semblerait désormais que les espèces considérées comme plus résistantes soient également en danger.

Récemment, un article du très sérieux «Journal of Animal Ecology » a alerté la communauté scientifique sur le sort des chiens sauvages africains. Ces derniers s’ajoutant ainsi à la liste de plus en plus longue des espèces qui pourraient dispara^tre à cause du changement climatique.  

Les chiens sauvages africains, ces parents éloignés de nos animaux de compagnie, aussi appelés « chiens peints » en raison de leurs fourrures multicolores, sont en effet menacés par le réchauffement climatique qui affecte notamment leur habitat.

Ce qui surprend d’autant plus les scientifiques de la Société zoologique de Londres, qui ont mené conjointement cette recherche avec l’Université de Johannesburg et la Fédération de conservation du prédateur du Botswana, c’est le fait que ces animaux étaient considérés comme imperméables aux variations de température de leur écosystème.

Or, il s’avère que c’est tout l’inverse qui a été observé récemment par les chercheurs. En utilisant des données recueillies sur l’ensemble des sites de surveillances installés au Botswana, au Kenya et au Zimbabwe, ils ont réussi à mettre en lumière le fait que les conditions météorologiques, et notamment les hausses de températures, avaient un impact négatif sur la reproduction de cette espèce et sur sa capacité à chasser, donc se nourrir.

 Enfin, toujours selon les scientifiques, il y a peu de raisons pour que ces chiens sauvages réussissent à s’adapter à ces changements environnementaux, tant d’un point vue physiologique que géographique.

L’avenir de cette espèce semble bel et bien compromis si les hommes ne réussissent pas à modifier drastiquement leurs rapports à la planète dans les prochaines années.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles