Réchauffement climatique : «Nous n’avons que trois ans devant nous» alerte Jean Jouzel

Si la situation est déjà «catastrophique» pour le climatologue, celui-ci n’est pas défaitiste et croit à une prise de conscience des plus jeunes.[JEAN PIERRE MULLER / AFP]

Dans une interview au JDD, dans les kiosques ce dimanche, le climatologue et ancien vice-président du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) Jean Jouzel a réitéré ses inquiétudes concernant le réchauffement climatique.

«Au delà de 2020, si les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas stabilisées, on ne pourra pas rester sous les 2°C de réchauffement global par rapport à l’ère industrielle». assure t-il.

Les conséquences seraient lourdes. Jean Jouzel évoque notamment des étés caniculaires encore plus chauds avec jusqu’à 8°C supplémentaires. La mortalité (15 000 décès lors de la canicule de 2003 en France) et les feux de forêts seraient alors en augmentation. Dans les mégapoles, les problèmes de santé seraient plus importants en cas de pollution.

Vers 2075, lors des années les plus chaudes, le thermomètre pourrait atteindre de 40°C à 55°C dans certaines régions de l’Hexagone. En ce qui concerne les problématiques mondiales, le réchauffement climatique pourrait accentuer les risques de conflits au Moyen-Orient, selon Jean Jouzel. Ce qui signifierait davantage de réfugiés.

Si la situation est déjà «catastrophique» pour le climatologue, celui-ci n’est pas défaitiste et croit à une prise de conscience des plus jeunes : «Récemment j’ai entendu deux de mes petites-filles de 9 et 10 ans parler trente minutes d’éoliennes et d’énergie renouvelable». 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles