Le Taj Mahal est un lieu de culte musulman, réaffirment des archéologues

Seuls les Musulmans sont autorisés à prier au Taj Mahal. [CHANDAN KHANNA / AFP]

Le célèbre Taj Mahal serait un mausolée musulman et non un temple hindou, selon des archéologues officiellement mandatés par le gouvernement indien. 

Ces derniers ont fait cette affirmation devant un tribunal indien chargé d'étudier la recevabilité d'une pétition soumise par six avocats, qui demandait à ce que les seuls Hindous soient autorisés à se recueillir au Taj Mahal, et que soit reconnu le fait que le momument était à l'origine un temple appelé Tejo Mahalaya, dédié à la divinité hindoue Shiva. 

Mais les archéologues chargés de se prononcer sur la question ont réfuté cette thèse. Ils ont confirmé que le site, situé dans la ville d'Agra et classé au patrimoine de l'Unesco, a été construit au XVIIe siècle par l'empereur Moghol en mémoire de son épouse défunte. «Nous demandons à la cour de rejeter la pétition. Il revient au juge de décider», a déclaré le Dr Bhuvan Vikrama, qui dirige l'équipe gouvernementale d'archéologie. 

Un lieu de prière pour les Musulmans

Actuellement, seuls les Musulmans sont autorisés à prier au Taj Mahal. Mais les revendications demandant à ce que le monument soit reconnu comme un temple hindou sont revenues de manière régulière au cours des dernières décennies, notamment depuis la publication d'un livre affirmant que le Taj Mahal a été construit avant l'arrivée des envahisseurs musulmans, qui avaient transformé de nombreux temples hindous en mosquées. 

Le tribunal, qui doit se réunir à nouveau le 11 septembre prochain, pourrait ainsi officialiser les origines musulmanes du Taj Mahal. Sa décision interviendra dans un contexte tendu, alors que les violences envers les musulmans se sont multipliées dans le pays ces dernières semaines. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles