Le Japon réclame des sanctions contre la Corée du Nord

Le Japon demande que le Conseil de sécurité «condamne» les derniers agissements nord-coréens et prévoit des sanctions contre Pyongyang selon l'ambassadeur japonnais à l'ONU Koro Besshoà.

«Nous espérons qu'à la fin de la réunion il y aura le sentiment général que nous avons besoin de travailler ensemble sur une nouvelle résolution», a déclaré lundi le diplomate à son arrivée à l'ONU pour une session d'urgence du Conseil de sécurité, acutellement en cours

L'ONU a besoin d'«unité», a-t-il ajouté en espérant le soutien de Moscou et de Pékin. «Nous ne pouvons plus perdre de temps», a ajouté Koro Bessho, dont le pays avait été survolé mardi dernier par un missile nord-coréen de moyenne portée. La Corée du Nord a procédé dimanche à son sixième essai nucléaire.L'ambassadeur français à l'ONU, François Delattre, a aussi souligné que «la menace était passée de régionale à globale» et qu'il fallait que le Conseil de sécurité agisse.

C'est la deuxième fois en six jours que le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit en urgence pour discuter de la Corée du Nord. Mardi dernier, les Etats-Unis avaient promis «quelque chose de fort» en soulignant que «trop c'était trop». La réunion s'était achevée après trois heures par une déclaration adoptée à l'unanimité se bornant à condamner les agissements de la Corée du Nord.

Sept trains de sanctions contre la Corée du Nord 

Selon des diplomates, l'objectif était ce jour-là d'avoir une réponse unie et au plus vite du Conseil de sécurité, à savoir le jour même du tir d'un missile nord-coréen au-dessus du Japon. Les discussions au Conseil de sécurité peuvent prendre longtemps avant de parvenir à une déclaration adoptée par tous, ont fait valoir ces mêmes diplomates.

Le Conseil de sécurité a déjà adopté sept trains de sanctions contre la Corée du Nord, le dernier datant du 5 août et n'ayant pas encore guère eu le temps d'avoir des conséquences. Ces dernières sanctions visant le charbon, le fer et la pêche de la Corée du Nord visent à priver ce pays d'un milliard de recettes par an tirées de ses exportations.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles