Ouragan Irma : Cuba durement frappé, la Floride directement menacée

Avec des rafales atteignant jusqu'à 256 km/h au moment de l'impact, selon les médias d'Etat, Irma est le plus puissant ouragan dont l'oeil touche directement l'île depuis 1932. [Handout / NASA / AFP]

Le gigantesque ouragan Irma s'abattait samedi sur le centre de Cuba après avoir fait au moins 25 morts dans les Caraïbes.

Il poursuit sa course destructrice vers la Floride où près de six millions d'habitants ont été appelés à évacuer pour échapper à ses vents destructeurs et des inondations potentiellement meurtrières.

A Cuba, une habitante décrivait samedi matin un paysage désolé d'arbres et de poteaux électriques arrachés, et de nombreux toits de tôle envolés. « Partout ici c'est terrible », se désolait Gisela Fernandez, infirmière de 42 ans, vivant à Chaparra, un village de la province orientale de Las Tunas.

Avec des rafales atteignant jusqu'à 256 km/h au moment de l'impact, selon les médias d'Etat, Irma est le plus puissant ouragan dont l'oeil touche directement l'île depuis 1932. Des vagues de jusqu'à sept mètres ont été enregistrées sur la côte nord par le service cubain de météorologie INSMET et la province de La Havane a été placée en alerte ouragan, selon le centre américain des ouragans (NHC). 

Après avoir atteint la catégorie 5, la plus élevée, dans la nuit, Irma a été abaissée en catégorie 3 avec des pointes de vents à 205 km/h à 15H00 GMT mais devrait « se renforcer en chemin vers le sud de la Floride » et l'archipel américain des Keys qu'il doit frapper dès « dimanche matin », prévient le NHC. 

Avec leur faible altitude, les îles des Keys sont particulièrement vulnérables à la montée des eaux. « Il sera extrêmement difficile de survivre si vous êtes sur les Keys », a mis en garde le gouverneur de Floride Rick Scott, sur la chaîne The Weather Channel. 

Tous les habitants ont été appelés à évacuer mais pour les derniers récalcitrants, les autorités ont ouvert samedi matin un simple abri, sans service de restauration ou couchage. «ABRI DE DERNIER RECOURS», a tweeté en majuscules la police de l'archipel. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles