Peste à Madagascar : 124 morts mais l'épidémie ralentit

Le ministère de la Santé a fait état d’une «amélioration» de la situation.[afp]

L'épidémie de peste qui frappe Madagascar depuis le mois d'août a tué 124 personnes et en a infecté 1.333 au total. Mais les autorités constatent un léger ralentissement des contaminations.

Sur les cent-quatorze départements de l’île, quarante ont signalé des cas de peste pulmonaire, transmissible par la toux et pouvant être fatale en seulement 24 à 72 heures. Mais 780 personnes ont été guéries depuis le premier août, 219 sont en cours de traitement et une dizaine des départements infectés n’ont pas rapporté de nouveaux cas depuis quinze jours.

Le ministère de la Santé a fait état d’une «amélioration» de la situation. «Il y a une diminution des personnes admises à l’hôpital et une augmentation des malades guéris qui sortent de l’hôpital», s’est réjoui à la radio nationale le Docteur Manitra Rakotoarivony, un responsable du ministère de la Santé.

La peste est endémique à Madagascar

La peste réapparaît presque chaque année sur l’île, généralement de septembre à avril, et dans sa forme pulmonaire pour deux tiers des malades. Mais cette année, l’épidémie a débuté dès août et s’est propagée «aux grandes zones urbaines, contrairement aux précédentes épidémies», selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

«Sur les 124 décès, 63 ont eu lieu à l’hôpital et 61 dans leurs communautés. Davantage de travail doit être fait pour aider les gens à comprendre qu’ils doivent aller aux services de santé le plus rapidement possible», a déclaré le Docteur Charlotte Ndiaye, représente de l'OMS à Madagascar à CNN.

Huit centres de santé ont été désignés par l’OMS pour gérer les cas de peste et alléger les hôpitaux et centres de santé. Pour changer les comportements, inciter les malades à se rendre dans les hôpitaux et informer les habitants, la Croix Rouge Malagasy a mobilisé 2.600 volontaires dans le pays. Le secrétaire général de la Fédération internationale de la Croix-Rouge, Elhadj As Sy, a lancé un appel international, la semaine dernière, et estime que l'île a besoin de plus de 5 millions de dollars, soit 4.2 millions d'euros.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles