AVC : un tiers des Français n'ont pas les bons réflexes

500 nouveaux cas d'AVC chez les moins de 18 ans sont dénombrés chaque année.[AFP / ARCHIVES]

D'après un sondage de l'institut Odoxa réalisé pour RTL et Le Figaro à l'occasion de la journée mondiale de l'accident vasculaire cérébral (AVC), les Français ne sont pas bien éduqués à sa prise en charge.

En effet, 35 % des interrogés affirment ne pas avoir le réflexe d'appeler le Samu, en composant le 15. Or, la rapidité de l'intervention des secours diminue les risques de garder des séquelles neurologiques. 

Pour rappel, un AVC survient lorsque le flux sanguin ne peut plus s’effectuer normalement (à cause d’un caillot sanguin ou d’un vaisseau sanguin rompu) et ne peut plus irriguer les différentes parties du cerveau. Ces dernières sont alors privées de leur apport vital en oxygène, causant leur dysfonctionnement, puis leur mort en quelques minutes. 

Des symptômes à reconnaître

Les symptômes apparaissent brutalement. Il s’agit de trouble de la parole ou de la vision, d’inertie d’un membre et de paralysie partielle ou totale du visage. On dispose d’environ 4 heures et demi pour réagir. «Il ne faut pas tenter d’aller soi-même aux urgences et ne pas boire ou manger», souligne le Pr Mathieu Zuber, chef du service de neurologie à Saint-Antoine, à Paris. Il faut composer le numéro du Samu, le 15. 

Même si les victimes d’AVC sont majoritairement des femmes âgées de plus de 50 ans, il faut savoir qu’il peut survenir n’importe quand, et même toucher les enfants. Cinq cent nouveaux cas chez les moins de 18 ans sont ainsi dénombrés chaque année. En outre, certains facteurs accentuent les risques, notamment l’hypertension artérielle, le tabagisme et la consommation d'alcool

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles