Passe d'armes entre l'Arabie saoudite et l'Iran sur le Yémen

Conférence de presse du porte-parole saoudien de la coalition arabe au Yémen,  Turki Al-Malki, à la base aérienne du roi Salmane à Ryad le 5 novembre 2017 [FAYEZ NURELDINE / AFP] Conférence de presse du porte-parole saoudien de la coalition arabe au Yémen, Turki Al-Malki, à la base aérienne du roi Salmane à Ryad le 5 novembre 2017 [FAYEZ NURELDINE / AFP]

L'Arabie saoudite et l'Iran se sont livré lundi à une violente passe d'armes au sujet du Yémen, déclenchée par un tir de missile de rebelles yéménites proiraniens intercepté au dessus de l'aéroport international de Ryad ce weekend.

Les autorités saoudiennes ont accusé l'Iran d'être derrière ce tir qui pourrait, selon elles, "équivaloir à un acte de guerre". L'Iran a rejeté des accusations "irresponsables et provocatrices" et accusé en retour Ryad de "crimes de guerre" au Yémen, pays ravagé par un conflit dévastateur.

Cette passe d'armes sur le Yémen, doublée d'une dispute sur le Liban, est intervenue alors que l'Iran a marqué des points en Irak et en Syrie dans la guerre par procuration à laquelle se livrent au Moyen-Orient les deux poids lourds régionaux depuis des années.

Disant chercher à contenir l'influence de l'Iran chiite, l'Arabie saoudite sunnite est intervenue, à la tête d'une coalition de pays arabes, dans le conflit au Yémen voisin en 2015 pour aider le pouvoir à freiner l'avancée des rebelles Houthis accusés d'être soutenus par Téhéran.

L'Iran se défend de fournir des armes aux Houthis, mais ne cache pas sa sympathie pour eux.

Dans un communiqué lundi, l'Arabie saoudite a accusé l'Iran d'apporter un soutien militaire direct aux Houthis qui menacent de fait le trafic aérien depuis le tir samedi d'un missile balistique vers l'aéroport de Ryad.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles