Les Zimbabwéens dans la rue pour réclamer le départ de Mugabe

Des Zimbabwéens manifestent le 18 novembre 2017 à Harare pour exiger le départ du président Robert Mugabe, au pouvoir au Zimbabwe depuis 1980 [- / AFP] Des Zimbabwéens manifestent le 18 novembre 2017 à Harare pour exiger le départ du président Robert Mugabe, au pouvoir au Zimbabwe depuis 1980. [- / AFP]

Des milliers de Zimbabwéens sont descendus samedi dans les rues d'Harare pour demander le départ du président Robert Mugabe, progressivement lâché par ses plus fidèles alliés, une mobilisation appuyée par l'armée qui a pris cette semaine le contrôle du pays.

Ces manifestations anti-Mugabe, qui ont débuté samedi matin pacifiquement, clôturent une semaine de crise politique inédite au Zimbabwe, où l'armée a pris le contrôle du pays et assigné à résidence le chef de l'Etat, au pouvoir depuis 1980.

Grave crise économique

L'intervention de l'armée représente un tournant dans le long règne de Robert Mugabe, marqué par la répression de toute opposition et une grave crise économique. Environ 90% de la population active est au chômage.

A 93 ans, le plus vieux chef d'Etat en exercice de la planète se retrouve de plus en plus isolé, abandonné par ses alliés les plus précieux : après l'armée et les anciens combattants, les sections régionales du parti présidentiel de la Zanu-PF l'ont à leur tour lâché vendredi soir et demandé son départ.

Les manifestants ont répondu à l'appel des anciens combattants du Zimbabwe - acteurs incontournables de la vie politique - et de mouvements de la société civile, dont le mouvement ThisFlag du pasteur Ewan Mawarire, un des acteurs clés d'une fronde anti-Mugabe réprimée en 2016 par les forces de sécurité.

Union entre les manifestants et les militaires

Des habitants applaudissaient un militaire posté sur un char. D'autres brandissent des pancartes «L'armée du Zimbabwe, voix du peuple» et acclament des portraits du chef d'état-major de l'armée, le général Constantino Chiwenga, qui «appuie pleinement» ces manifestations.

Fait rarissime, des Blancs, descendants des colons britanniques, se sont joints à cet élan populaire. «Nous sommes ici pour voir éclore un nouveau Zimbabwe pour tous les habitants de ce pays», explique Eleanor Shepherd, une courtière en assurances.

À suivre aussi

Le nombre d'éléphants d'Afrique a chuté de 1,3 million dans les années 1980 à moins de 400.000 aujourd'hui, selon une ONG.
Zimbabwe Un chasseur qui a tué 5.000 éléphants et autres animaux sauvages dit n'avoir «aucun regret»
Des pylônes émergent d'une zone inondée aux abords de Beira, au Mozambique, le 19 mars 2019, après le passage du cyclone Idai [ADRIEN BARBIER / AFP]
catastrophe naturelle Zimbabwe : 200.000 personnes touchées par les inondations et le cyclone Idai
La ville de Beira, au Mozambique, inondée par le cyclone Idai, 18 mars 2019 [Rick Emenaket / Mission Aviation Fellowship/AFP]
catastrophe naturelle Cyclone au Mozambique et au Zimbabwe : le bilan pourrait dépasser les 1.000 morts

Ailleurs sur le web

Derniers articles