Le Burkina Faso lance la plus grande centrale solaire d'Afrique de l'Ouest

Le Burkina Faso souhaite de couvrir, d'ici à 2030, 30% de ses besoins en électricité avec le solaire.[JEAN-PIERRE CLATOT / AFP]

Le Burkina Faso lance mercredi «la plus grande centrale solaire de l'Afrique de l'Ouest», une première dans un pays qui veut se tourner vers les énergies renouvelables, pour combler le déficit qui l'oblige à importer de l'électricité du Ghana et de Côte d'Ivoire.

Sur une superficie de cinquante-cinq hectares, 129.600 panneaux de 260 watts produisant trente-trois mégawatts d'énergie se déploient sur le site de Zagtouli, à une vingtaine de kilomètres de la capitale, Ouagadougou

L’ensemble sera inauguré officiellement par les présidents burkinabé Roch Marc Christian Kaboré et français Emmanuel Macron, en visite dans le pays.

«Depuis six semaines, la centrale est en phase d'essai avec une production de 14 MW, et elle atteindra le pic des 33 MW courant décembre, sous réserve du niveau d'ensoleillement», a indiqué à l’AFP le responsable de la construction, Stéphane Nosserau.

«C'est la plus grande centrale de l'Afrique de l'Ouest en termes de capacité installée», s'est réjoui le chef du projet de construction de cette centrale solaire, Saidou Nana. L’ouvrage permettra d'offrir plus d'énergie au pays en injectant chaque année sur le réseau de la Société nationale d'électricité (Sonabel) près cinquante-six gigawatts, soit 5% de la production actuelle, issue des centrales à fioul.

Cela va aider à «réduire les délestages», courants au Burkina Faso, où l'électricité demeure une denrée rare pour plus de 80% de la population, a-t-il souligné.

La centrale solaire de Zagtouli, cofinancée par l’Agence française de développement (à hauteur de 22,5 millions d’euros) et l’Union européenne (25 millions d’euros) devrait être la première d’une longue série. 

Objectif 30% à l'horizon 2030

«A partir de cette centrale, avec les conditions de financement que nous avons, le prix du kWH est nettement moins cher par rapport à la production thermique, ce qui permettra de réduire les charges de fonctionnement et d'exploitation que nous avons au sein de la Sonabel», a indiqué Saidou Nana.

L'énergie produite par la centrale solaire de Zagtouli devrait coûter environ 45 francs CFA (7 centimes d'euro) le kilowatt/heure (KWH), soit trois fois moins chère que l'électricité produite par les centrales thermiques, qui coûte 145 francs CFA, a soutenu le directeur d'exploitation de la Sonabel, Daniel Sermé. «Cette centrale pilote va permettre aussi à la Sonabel d'avoir de l'expertise en termes de technologie solaire photovoltaïque, de créer des emplois et de jeter les bases pour aller vers les énergies renouvelables, avec une source de production fiable».

Une donnée capitale pour un pays au très fort taux d’ensoleillement, et dont le Burkina Faso entend tirer profit, avec l’objectif de couvrir d'ici à 2030 30% de ses besoins en électricité avec le solaire.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles