A Berlin, «le Musée des martyrs» scandalise avec le portrait d'un terroriste du Bataclan

Baptisée «le Musée des martyrs», l'oeuvre de deux artistes danois inaugurée mercredi dernier est une succession de portraits de «personnalités» mortes pour leur conviction.[AFP / ARCHIVES]

Une installation artistique berlinoise fait scandale. Si elle met en scène de grands noms tels que le philosophe antique Socrate, le militant des droits civiques Martin Luther King ou encore Apolline d'Alexandrie, elle expose aussi le portrait de plusieurs terroristes, dont un du Bataclan.

Baptisée «le Musée des martyrs», l'oeuvre de deux artistes danois, inaugurée mercredi dernier, est une succession de portraits de «personnalités» mortes pour leur conviction. Mais parmi eux, se trouve également Ismaël Omar Mostefaï, soit l'un des trois assaillants du Bataclan, responsable de la tuerie du 13 novembre 2015, comme l'a relevé le journal allemand Bild.

L'Egyptien Mohammed Atta, chef du commando à l'origine de l'attentat du 11 septembre 2001, et les terroristes auteurs des attentats suicides survenus à Bruxelles en 2016 font également partie des individus mis en scène dans la série artistique. 

Ce choix étonnant, interprété comme une façon de mettre en valeur des criminels en les hissant à la hauteur de militants ou de personnages historiques, a suscité de nombreuses réactions d'indignation sur les réseaux sociaux.

Indignations en France

Sur Twitter, Nicolas Dupont-Aignant à la tête du parti souverainiste «Debout la France» a jugé la démarche des artistes «intolérable». Eric Ciotti, député des Alpes maritimes considère qu'il s'agit d'un geste «honteux», tandis que Valérie Boyer, qui siège à ses côtés à l'assemblée, le qualifie de «scandaleux». Georges Salines, père d'une des victimes des attentats de Paris et ancien directeur de l'association 13onze15 a également dénoncé le contenu de l'exposition.

«Visée purement médiatique»

«Un tel parti pris est profondément choquant. Tout en rappelant notre attachement à la liberté de la création artistique, nous dénonçons la confusion ainsi faite entre martyre et terrorisme», a indiqué l'ambassade de France en Allemagne, interrogée par Le Parisien.  

L'association de victimes Life for Paris s'est également indigné considérant qu'il s'agissait d'«une provocation haineuse et intolérable à visée purement médiatique» avant d'exiger le retrait des photographies de terroristes. 

Le responsable de Nordwind, l'association à l'origine de l'installation artistique s'est quant à lui défendu. «Les artistes ont cherché à élargir le concept du martyr»,  s'est-il justifié au Parisien avant de préciser la démarche des artistes : présenter des personnalités «au-delà de tout jugement de valeur». 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles