Une ex-collaboratrice de Donald Trump fait des révélations explosives

Elle a été expulsée de la Maison Blanche par la force, le 12 décembre 2017[Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Omarosa Manigault Newman est une ancienne candidate de l'émission de téléréalité américaine «The Apprentice», présentée par Donald Trump et mettant en scène de jeunes entrepreneurs.

Elle en a hérité une image très controversée : celle de la «méchante» que tout le monde adore détester.

Par la suite, elle est revenue sur le devant de la scène, lorsque Donald Trump l'a embauchée dès son arrivée à la Maison Blanche, comme directrice de la communication de l'Office of Public Liaison. Pas une première pour la jeune femme, qui, aussitôt son diplôme en poche, avait travaillé quelques temps au sein du bureau d'Al Gore, vice-président de Bill Clinton, rappelle Paris Match.

S'il devient très vite évident qu'Omarosa Manigault Newman entretient un rapport privilégié avec le chef d'Etat Américain, qui l'appelle parfois au milieu de la nuit, sa situation va basculer le 12 décembre 2017. Ce jour-là, la défaite de Roy Moore (candidat soutenu par Donald Trump dans l'Alabama) va faire des remous. Et si on va beaucoup entendre parler d'elle, c'est surtout parce que la communauté noire (30% de la population) s'est mobilisée pour empêcher la victoire d'un candidat raciste.

Expulsée par la force

Or, Omarosa Manigault Newman est Noire. Et si l'on ignore ce qui s'est réellement déroulé ce soir-là à la Maison Blanche, on apprend toutefois que le directeur de cabinet a été chargé de la mettre à la porte. C'est le drame. La collaboratrice du président s'indigne, tente d'argumenter, puis d'accéder (de force) à l'étage du bâtiment où se trouvent les appartements de celui-ci... L'alarme se déclenche, elle est expulsée par la force et son badge est désactivé, précise RTL.

Depuis, Omarosa Manigault Newman menace le chef d'Etat de révéler au grand jour ce qu'elle a découvert lorsqu'elle travaillait dans son ombre. Notamment la raison pour laquelle il a pris cet été la défense d'activistes néo-nazis et appartenant au Ku Klux Klan.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles