Chine : un artiste et sa femme française injoignables après leur hommage à un dissident chinois

Le couple souhaitait rendre hommage à Liu Xiaobo, dissident chinois lauréat du prix Nobel de la paix en 2010, mort en détention en juillet. [DALE DE LA REY / AFP]

Le voisinage du couple vivant à Lyon commence à s'inquiéter. L'artiste Hu Jiamin et sa compagne Marine Brossard, vraisemblablement, partis en Chine à l'occasion de la Biennale d'urbanisme et d'architecture Shenzen-Hong Kong, sont injoignables.

D'après des témoignages recueillis par l'AFP, le couple est parvenu à exposer une fresque rendant hommage au prix Nobel de la paix Liu Xiaobo, lors d'une exposition, à Shenzen. L'oeuvre représentait une chaise inoccupée devant des barreaux, aussitôt retirée par les autorités chinoises, toujours selon des témoins. 

La chaise évoque Liu Xiaobo, le dissident chinois emprisonné par le régime communiste pendant huit ans pour avoir réclamé la démocratie dans le pays. Dans l'impossibilité de se rendre en Norvège pour recevoir le prix Nobel, en 2010, il avait été représenté à la cérémonie par une chaise vide. Il est décédé en détention en juillet dernier.

Un hommage à un dissident chinois

Un quotidien de Hong Kong, Ming Pao, a rapporté qu'un de ses journalistes présent à l'exposition avait vu l'artiste et sa femme pousser des cris alors qu'ils étaient emmenés par des policiers en civil le 15 décembre au soir. Les policiers ont donné l'ordre aux badauds de ne pas filmer la scène et d'effacer leurs images, selon le journal. Un autre quotidien hongkongais, le South China Morning Post, a indiqué qu'un de ses reporters avait reçu environ une heure plus tard un bref message de l'artiste assurant que tout allait bien, mais le journal a dit n'avoir pas pu vérifier si le message émanait bien de Hu Jiamin.

«Nous tentons de les joindre. Nous ne comprenons pas ce qui se passe», a déclaré à l'AFP un ami de longue date du jeune couple, qui a requis l'anonymat par mesure de sécurité. 

Aucune nouvelle depuis le 16 décembre

Le poète Ye Du, présent lors de l'exposition, a indiqué ne plus être en mesure de contacter le peintre depuis la soirée du 15, son téléphone étant «tout le temps éteint». Une voisine du couple, à Lyon, interrogée par Le Progrès, indique, quant à elle, avoir reçu un mail de Marine Brossard, le 16 décembre au matin, dans lequel cette dernière la remercie de prendre soin de son chat pendant son voyage avant de lui indiquer que tout va bien et qu'elle lui donnera plus de nouvelles ultérieurement. Depuis, Marine Brossard ne répond plus aux courriels envoyés sur son adresse mail. 

La police de Shenzhen et le ministère chinois des Affaires étrangères, ont assuré n'avoir aucune information sur le couple. Quant à l'ambassade de France à Pékin, elle se refuse à tout commentaire.

Patrick Poon, d'Amnesty International, a appelé à la libération «immédiate et sans conditions» du couple. «Ils n'ont fait qu'exercer leur liberté d'expression artistique. Qu'ils soient injoignables fait craindre qu'ils soient l'objet de torture ou de mauvais traitements.»

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles