Ingérence russe présumée : Steve Bannon évoque une «trahison»

Directeur général de la campagne de Donald Trump pendant plusieurs mois, puis conseiller stratégique du président, Steve Bannon a quitté la Maison Blanche en août dernier. [JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Le controversé Steve Bannon, ex-conseiller spécial de Donald Trump, fait des déclarations explosives dans un livre à paraitre le 9 janvier, consacré à l’affaire de l’ingérence russe présumée pendant la campagne présidentielle américaine.

Interrogé par le journaliste Michael Wolff, Steve Bannon revient sur la rencontre secrète en juin 2016 à la Trump Tower entre Donald Trump Jr, Jared Kushner (gendre du président), Paul Manafort (alors président de la campagne présidentielle) et l’avocate russe Natalia Veselnitskaya, présentée comme une émissaire du gouvernement russe. Cet épisode, révélé en juillet dernier par la presse américaine, constitue l’un des points centraux de l’affaire d’ingérence présumée, qui empoisonne la présidence de Donald Trump.

Selon le président du site d’extrême droite Breitbart News, un intermédiaire avait promis de livrer des documents qui «incrimineraient» la rivale démocrate Hillary Clinton. Une promesse à laquelle le fils du président aurait répondu par email : «j’adore».

Une «trahison»

«Ils ont pensé que c’était une bonne idée de rencontrer un gouvernement étranger à l’intérieur de la Trump Tower, dans la salle de conférence au 25e étage, sans aucun avocat», souligne ironiquement Steve Bannon dans le livre, que le Guardian a pu lire. 

Et de poursuivre, particulièrement cinglant : «Même s’ils estimaient que cela ne représente aucune trahison ou que cela n’est pas anti-patriotique, ou une connerie – et je pense que c’est tout cela à la fois - , ils auraient dû immédiatement appeler le FBI».

Alors que ces déclarations font le tour du monde, Donald Trump a réagi via un communiqué particulièrement virulent, accusant Steve Bannon d'avoir «perdu la raison».

Il «n'a ren à voir avec moi ou ma présidence. Quand il a été limogé, il n'a pas seulement perdu son travail, il a perdu la raison», écrit le président. Et de poursuivre : «Steve n'a eu qu'un rôle très limité dans notre victoire historique [...] Steve ne représente pas ma base électorale, il ne cherche que son propre intérêt». 

Donald Trump Jr interrogé au Congrès

Directeur général de la campagne de Donald Trump pendant plusieurs mois, puis conseiller stratégique du président, Steve Bannon a quitté la Maison Blanche en août dernier.

Donald Trump Jr avait été convoqué en septembre dernier par la commission du Congrès chargée d’enquêter sur l’ingérence russe présumée pour être interrogé sur cette fameuse réunion. Se défendant de toute collusion, il avait argué que la rencontre n’avait rien donné. Outre l’enquête parlementaire, l’affaire fait également l’objet d’une enquête du procureur spécial Robert Mueller.  

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles