Philip Morris pourrait arrêter la vente de cigarettes au Royaume-Uni

Philip Morris s'est engagé à ne bientôt plus vendre de cigarettes au Royaume-Uni[Pixabay/Lukasbieri]

Philip Morris a annoncé, mercredi 2 janvier, par le biais d'une publicité glissée dans plusieurs journaux anglais, avoir comme ambition d'arrêter de vendre des cigarettes au Royaume-Uni. 

«Chaque année, beaucoup de fumeurs abandonnent les cigarettes. C'est maintenant à notre tour», écrit dans ce communiqué la firme internationale. Elle présente cette initiative comme une «résolution pour la nouvelle année», sans annoncer précisément de date d'arrêt pour la vente de tabac au Royaume-Uni. 

Si l'entreprise reconnaît que ce ne sera pas facile, elle se dit déterminée à «faire de cette vision une réalité». Son ambition semble être de se tourner vers un nouveau marché, celui des alternatives au tabac.

Elle souligne ainsi vouloir «remplacer les cigarettes par des produits, comme les cigarettes électroniques ou le tabac chauffé, qui sont une meilleure option pour les millions d'hommes et de femmes au Royaume-Uni qui ne voudraient pas arrêter de fumer». 

De nombreuses promesses pour 2018

Philip Morris, qui détient les marques Malboro, Chesterfield et L&M, affirme également dans sa publicité avoir investi 2,5 milliards de livres (environ 2,8 milliards d'euros) dans la recherche et le développement de ces nouveaux produits. 

La firme ajoute vouloir tenir plusieurs promesses pour l'année 2018 comme lancer un site web et une campagne pour donner aux fumeurs toutes les informations possibles pour arrêter de fumer, ou encore insérer directement ces informations dans les paquets de cigarettes.

Une campagne critiquée

La campagne est cependant critiquée par les anti-tabac qui la décrivent à la BBC comme «un coup de publicité». La chaîne américaine USA Today rappelle également que l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a réfusé de s'associer à la Fondation pour un Monde Sans-Tabac (Foundation for a Smoke-Free World)... financée par Philip Morris. 

Dans un communiqué, publié en septembre 2017, l'OMS déclarait alors que «l'industrie du tabac et ses entreprises les plus importantes ont induit en erreur le public à propos des risques associés à d'autres produits en lien avec le tabac». 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles