Un expert anti-braconnage retrouvé poignardé chez lui

On estime qu’environ 110.000 pachydermes ont été victimes d’actes de braconnage lors des dix dernières années.[AFP]

Un expert anti-braconnage et qui avait fait de lutte contre le commerce d’ivoire l’une de ses priorités, a été retrouvé assassiné dimanche 11 février chez lui, à Nairobi (Kenya).

Inquiet de ne pas avoir de ses nouvelles, l’un des proches d’Esmond Bradley-Martin s’est rendu à son domicile en urgence, où il a découvert sa dépouille. « Il a reçu plusieurs coups de couteau et une enquête a été ouverte », a-t-on fait savoir du côté de la police locale. Esmond Bradley-Martin était connu de par le monde entier pour son action contre le trafic mondial d’ivoire.

«C’était une figure de l’anti-braconnage » a rapporté Erik Solheim, chef du Programme des Nations Unies pour l’environnement. Grâce à ses travaux de recherche, Esmond Bradley-Martin a permis aux autorités mondiales de mieux comprendre le commerce illégal d’ivoire entre l’Afrique, où sont tués des éléphants, et l’Asie, où sont revendues l’ivoire extrait de leur corne.

«Il était l’une des personnes les plus compétentes dans son domaine», explique Paula Kahumbu, directrice générale de l'association de défense des éléphants Wildlife Direct. Esmond Bradley-Martin était sur le point de publier un rapport dans lequel il expliquait comment le trafic d’ivoire s’était déplacé vers les pays voisins de la Chine, après l’annonce, le 31 décembre 2017, de l’interdiction du commerce de la substance osseuse des éléphants par les autorités chinoises.

On estime qu’environ 110.000 pachydermes ont été victimes d’actes de braconnage lors des dix dernières années.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles