Présidentielle américaine : Wikileaks souhaitait la défaite d'Hillary Clinton

Julian Assange aurait souhaité la défaite d'Hillary Clinton. [Justin TALLIS / AFP]

Le site Wikileaks souhaitait que Donald Trump soit élu président des Etats-Unis au détriment d'Hillary Clinton, selon des documents révélant le contenu d'une conversation via la messagerie privée de Twitter entre le compte de l'organisation et une dizaine de ses supporters.

«Nous pensons que cela serait bien mieux que le parti républicain l'emporte, peut-on lire dans la transcription de cet échange daté de Novembre 2015, publiée par le site The Intercept. Les démocrates, les médias et les libéraux formeraient alors un bloc pour mettre en avant leurs valeurs. Avec Hillary au pouvoir, le parti républicain ferait valoir ses pires caracréristiques, les démocrates, les médias et les néolibéraux seraient réduits au silence». AHillary Clinton est ensuite décrite comme «une sociopathe sadique, intelligente et avec des réseaux». 

Si rien ne permet de le prouver, le compte Twitter de Wikileaks serait tenu par Julian Assange, son fondateur. La conversation semble ainsi mettre en avant le fait que Wikileaks ne soutient pas idéologiquement les Républicains, mais souhaitait leur victoire pour des raisons tactiques, estimant qu'un président républicain mobiliserait davantage contre elle en cas d'intervention militaire dans un autre pays que si c'était Hillary Clinton au pouvoir.

Susciter la résistance contre le pouvoir

Wikileaks estime ainsi, dans cette conversation, que de manière générale l'ancienne candidate démocrate aurait mené la même politique que les Républicains, sans pour autant susciter la même résistance que ces derniers.

Lors de la campagne présidentielle américaine, Wikileaks avait publié des documents récupérés sur la boîte mail du directeur de campagne d'Hillary Clinton, John Podesta. 

Si ces mails ne contenait pas d'éléments particulièrement compromettants, leur révélation avait contribué à discréditer la candidate démocrate, contribuant à la victoire de Donald Trump.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles