Mali : l’attaque ayant tué deux militaires français revendiquée par un groupe proche d'al-Qaida

Une première cérémonie se tiendra à Paris ce lundi[PASCAL GUYOT / AFP]

Le Groupe pour le soutien de l'islam et des musulmans (GSIM) a revendiqué ce vendredi l'attaque qui a coûté la vie à deux militaires français dans le nord du Mali.

Le groupe, dirigé par le touareg malien Iyad Ag Ghali, précise dans un communiqué consulté par l'agence mauritanienne Saharamedias, que l'attaque a eu lieu entre Gao et Ménaka. 

Mercredi, deux soldats français (Timothé Dernoncourt, 32 ans et Emilien Mougin, 31 ans) ont été tués et un autre blessé dans l'explosion d'une mine artisanale dans le nord-est du Mali. Une zone frontalière du Niger connue pour servir de refuge à des groupes jihadistes que la force conjointe du G5 Sahel s'est donnée pour mission de chasser.

«C'est avec une très vive émotion que le président de la République a appris la mort en opération de deux militaires tués ce matin au Mali dans l'attaque à l'engin explosif improvisé de leur véhicule blindé», avait annoncé l'Élysée dans un communiqué. Le président a indiqué que cette attaque était intervenue «après plusieurs opérations fortes que nous avons menées sur le sol malien qui ont conduit à plus d'une trentaine de victimes du côté des terroristes».

Une cérémonie aux Invalides

Une première cérémonie se tiendra à Paris ce lundi. Les deux cercueils traverseront le Pont Alexandre III à 17h15, avant un hommage aux Invalides, à 17h30.

Puis, le lendemain, une cérémonie se tiendra à la caserne Baquet, à Valence, sur la place d'armes du régiment, à 14h30. Cérémonie qui ne sera pas ouverte au public. La Ministre des Armées, Florence Parly, présidera la cérémonie.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles