JO 2018 : les cinq moments forts à retenir des Jeux d'hiver

«Plus jeune, je n'aurais jamais pu imaginer voir un baiser gay à la télévision pendant les Jo», a déclaré Gus Kenworthy[Capture d'écran Youtube]

Pendant quinze jours, les meilleurs sportifs du monde se sont affronté lors de cette édition 2018 des Jeux Olympiques de PyeongChang. Retour sur les cinq moments les plus marquants de la compétition. 

Martin Fourcade médaillé d'or pour la mass start de biathlon

Avec trois médailles d'or, le biathlète de 29 ans devient le Français le plus titré des Jeux Olympiques d'hiver, cumulant sept récompenses. C'est pendant la mass start de biathlon que Martin Fourcade a marqué les esprits. Au bout d'un sprint extraordinaire, le porte-drapeau de l'Hexagone dépasse l'Allemand Simon Schempp de... 14 centimètres. Une victoire pour Fourcade qui était arrivé deuxième de cette épreuve lors des Jo de Sotchi. 

Le skieur Gus Kenworthy embrasse son petit ami 

Arrivé douzième de la finale de ski slopestyle, Gus Kenworthy ne brille pas par sa performance mais pour un baiser qui restera dans l'histoire. L'Américain de 26 ans, qui fait partie des trois athlètes ouvertement gays des Jo de Pyeongchang, se dirige après l'épreuve vers son petit ami, l'acteur Matthew Wilkas, et l'embrasse devant les caméras. La séquence, retransmise en direct à la télévision, est rapidement devenue virale sur les réseaux sociaux. Le sportif a ensuite réagi sur Twitter, se félicitant que le baiser a été filmé : «Plus jeune, je n'aurais jamais pu imaginer voir un baiser gay à la télévision pendant les JO mais, pour la première fois, un adolescent qui regarde la télé aujourd'hui le peut. L'amour, c'est l'amour».

Le Tongien Pita Taufatofua apparaît torse nu

La cérémonie d'ouverture des Jeux de Pyeongchang restera à jamais marquée par l'arrivée de l'athlète tongien Pita Taufatofua... torse nu. S'il était déjà apparu vêtu d'un pagne, la peau huilée, lors des Jo de Rio, en 2016, les températures n'étaient pas les mêmes en Corée du Sud. Une belle preuve de courage et de fierté pour le porte-drapeau des Tonga. 

La bobeuse Jazmine Fenlator-Victorian défend son choix de représenter la Jamaïque

Si l'athlète américano-jamaïcaine avait représenté les Etats-Unis lors des Jo de Sotchi, elle a, cette fois, fait le choix de porter les couleurs du pays de son père. Lors d'une émouvante conférence de presse, elle a notamment déclaré qu'il était «important que les petites filles et les petits garçons voient quelqu'un qui leur ressemble, qui parle comme eux, qui a la même culture qu'eux, les mêmes cheveux crépus et fous, la peau sombre». Avant d'ajouter : «quand vous grandissez et que vous ne voyez pas ça, vous avez l'impression que vous ne pouvez pas y arriver. Et ce n'est pas vrai (...) Je voulais que mes compatriotes jamaïcains voient que s'ils veulent être athlètes aux Jo d'hiver et faire du ski alpin, c'est possible».

Les pom-pom girls nord-coréennes

Surnomées «l'armée des beautés», les pom-pom girls nord-coréennes ont enflammé le match de hockey féminin qui opposait la Corée unifiée à la Suisse. Avec une chorégraphie millimétrée et des chants fédérateurs, ces 230 jeunes femmes aux manteaux rouges ont volé la vedette aux sportifs.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles