Le Japon ne sait pas quoi faire d'un million de tonnes d'eau radioactive

Quelques conteneurs remplis d'eau radioactive à Fukushima.[BEHROUZ MEHRI / AFP]

Sept ans après le drame de Fukushima, le Japon n'a toujours pas trouvé de solution durable pour sécuriser la zone, et ne sait que faire des tonnes d'eau radioactive accumulées.

La Tokyo Electric Power Company, qui exploite le site de la centrale nucléaire de Fukushima, a déclaré au média américain ABC avoir réussi à stabiliser la quantité d'eau contaminée s'infiltrant dans les réacteurs. La compagnie devait, les premiers mois, récupérer 400 tonnes d'eau contaminée par jour «mais ce chiffre est descendu à environ 100 tonnes par jour», déclare Naohiro Masuda, chef du service de démantèlement de TEPCO.

Cette eau radioactive est ensuite stockée dans d'énormes réservoirs, et, même si la quantité à traiter diminue chaque jour, au total, un million de tonne d'eau contaminée par le nucléaire se retrouve sur les bras du Japon.

D'après les informations d'ABC, le gouvernement pense à décontaminer l'eau avant de la rejeter progressivement dans l'océan. Un certain traitement pourrait retirer tous les éléments radioactifs de l'eau, excepté le tritium, mais les autorités assurent qu'il ne s'agit pas d'un élément dangereux en petites quantités. Les pêcheurs locaux se sont élevés contre cette annonce, ayant notamment peur pour la qualité et la valeur de leur marchandise si cette solution était choisie.

Depuis la catastrophe de Fukushima, le 11 mars 2011, le Japon a réussi à limiter les dégâts sans toutefois résoudre les problèmes de pollution au nucléaire. D'après Greenpeace, le niveau de radioactivité dans cette région reste, aujourd'hui, trois fois supérieur aux ambitions du gouvernement.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles