Une start-up de la Silicon Valley pense pouvoir mettre fin à la malnutrition en Afrique

La start-up teste cette recette de porridge depuis deux ans au Libéria, dans le plus grand secret. [Capture d'écran justforall.com]

Just, une start-up de la Silicone Valley, lance en mars une nouvelle recette de porridge sur le marché libérien. Elle espère mettre fin à la malnutrition sur le continent africain grâce à ce nouveau produit. 

La jeune entreprise californienne, connue sous le nom de «Hampton Creek» jusqu'à l'année dernière, était notamment célèbre pour sa recette de mayonnaise vegan. Mais elle tente désormais de s'attaquer à un autre problème d'envergure. 

La start-up a ainsi mis au point une recette de porridge baptisée «Power Gari», spécialement conçue pour le marché africain. Fait à base de manioc, d'huile de palme rouge, de sucre, de sel, d'un concentré de protéines de soja et d'un mélange de vitamines et de minéraux, ce porridge est constitué d'ingrédients peu coûteux, principalement issus de la production libérienne. D'un point de vue nutritionnel, il est riche en vitamines A, D, C, B6 et B12, contient du fer, du zinc, et pas moins de douze grammes de protéine. 

Pendant deux années et dans le plus grand secret, les qualités nutritionnelles et gustatives du Power Gari ont été testées au Libéria, avant sa mise sur le marché. Plusieurs écoles et associations ont déjà approuvé cette recette, particulièrement appréciée par les enfants. 

Après ce premier essai transformé, Just entend bien proposer son porridge dans quinze autres pays africains dans un délai de deux ans, et espère, à terme, mettre fin à la malnutrition qui sévit à l'Est de ce continent.

D'autres ont échoué auparavant

Mais certains experts sont moins optimistes. En effet, comme le rappelle Erik Simanis, un consultant en marketing interrogé par le Washington Post, cette idée n'a rien d'innovant. «Inutile de chercher très loin pour trouver des initiatives similaires», a-t-il affirmé, citant les actions de grands groupes agroalimentaires tels que Danone ou PepsiCo.

Toutes ces tentatives pour introduire un nouveau produit à la fois abordable et nourrissant sur le marché africain se sont, pour l'instant, soldées par des échecs cuisants. Selon le consultant, il est très difficile de convaincre les populations de remplacer des produits qui leur sont familiers par des denrées inconnues.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles