La Silicon Valley menacée par l’affaissement des sols et la montée des eaux

L’aéroport international de San Francisco pourrait bien être réduit de moitié en 2100. [AFP]

L’inquiétude plane dans la Silicon Valley depuis la publication, par la revue «Science Advances», d’une étude tendant à montrer que la capitale américaine des nouvelles technologies était menacée par l’affaissement des sols et la montée du niveau des océans.

Deux risques qui résultent des bouleversements climatiques que subit notre planète, d’après le compte-rendu des travaux des scientifiques. Le scénario du pire envisage les premières conséquences de la hausse des températures d’ici à 2100.

Dans le détail, il semble établi que la baie de San Francisco s’affaisse de moins de deux millimètres par an en moyenne. Dans plusieurs zones, l’affaissement constaté atteindrait les dix millimètres. Directement menacé, l’aéroport international de la ville pourrait bien être réduit… de moitié en 2100.

«Lorsque l'affaissement du terrain sera ajouté aux prévisions de hausse du niveau des océans, l'eau recouvrira près de la moitié des pistes et du tarmac de l'aéroport d'ici 2100», explique l'étude. Les projections se montrent tout autant alarmistes pour Foster City ou Treasure Island, deux polders.

Cette étude est la première à prendre en considération à la fois l’affaissement des sols et la montée des eaux.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles