L'île de Pâques menacée par le réchauffement climatique

Sous les «moaï» se trouvent des socles contenant les restes des ancêtres des habitants de l'île de Pâques. [GREGORY BOISSY / AFP]

La montée des eaux, inhérente au changement climatique, menace désormais directement l’île de Pâques, et plus précisément les statues qui parsèment ses terres.

L’information est donnée par le New York Times qui donne l’alerte dans un long article publié cette semaine : les «moaï», ces statues si symboliques de l’île de Pâques sont sérieusement menacées.

Ainsi, l’île est menacée par la montée des eaux et les vagues puissantes qui érodent ses rivages, et ses habitants craignent que les tempêtes ne mettent en danger leur héritage culturel.

Nicholas Casey, correspondant du New York Times en Colombie a donc sillonné l’île en compagnie d’un photographe afin de mener l’enquête sur l’impact de l’océan sur l’île et son patrimoine. Ses observations vont dans le même sens que le rapport émis par l’ONU au sujet des conséquences du réchauffement climatique sur le patrimoine mondial.

Selon ces données, le niveau de la mer devrait augmenter de 1,5 à 1,8 mètre d’ici 2100. Une importante partie des statues de l’île de Pâques risquerait alors d’être engloutie par les flots.

Plusieurs points d’intérêts de l’île pourraient même subir l’érosion avant cette date. Notamment la ligne de monolithe de Tongariki, les plateformes d’Akahang, ou l’unique plage de sable de l’île.

Outre l’immense perte pour le patrimoine de l’île, voir ces statues être emportées serait dramatique pour les habitants de l’île de Pâques. Ainsi, sous les «moaï» se trouvent des socles contenant les restes de leurs ancêtres. Voir ces vestiges être saccagés par les effets du réchauffement climatique serait une perte terrible.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles