Cléopâtre, Frida Kahlo, Rosa Parks… face au tabou des règles, cette artiste croque des femmes de pouvoir

Ariella Elovic a décidé de les représenter assises sur leurs toilettes[Capture d'écran/Ariella Elovic]

Incompréhension, clichés et tabous sont souvent de mise lorsque l'on aborde le sujet des menstruations.

Face à ce manque de connaissance, Ariella Elovic, une illustratrice américaine basée à New York, a décidé de dessiner des femmes «historiquement éminentes», d'énumérer leurs nombreux accomplissements, avant de concure par cette même phrase : «Et elle a eu ses règles», rapporte TV5 Monde.

C'est à l'occasion de la journée internationale des droits des femmes, le 8 mars, que l'artiste, fondatrice du Cheeky Blog, a décidé de lancer l'opération #mightymenstruation. 

«Je voulais un moyen de communiquer la vérité sur les femmes — que nous avons toutes nos règles et que cela ne nous rend pas moins productives, fiables ou respectables. Je voulais faire passer le message que, lorsque vous avez vos règles, vous vous joignez à ce groupe de femmes puissantes, célébrez-le !», explique-t-elle à nos confrères de BuzzFeed.

Alors même que Cléopâtre, Rosa Parks, Frida Kahlo, Elizabeth Iere, Nina Simone, Jeanne d’Arc, Eleanor Roosevelt ou encore Tammy Duckworth menaient à bien leurs projets et luttaient pour leurs convictions : toutes ont eu leurs menstruations.

«Ça nous rend plus fortes»

Pour le rappeler, Ariella Elovic a décidé de les représenter assises sur leurs toilettes, dont la forme varie en fonction des périodes historiques, une position dans laquelle nous n'avons pas l'habitude de les voir.

Et l'artiste de conclure : «Je veux permettre aux femmes/filles de ressentir plus de fierté entourant leurs règles et de dissiper/contrer toutes les affirmations selon lesquelles ces règles rendent les femmes improductives, déséquilibrées ou peu fiables. Revient beaucoup cette idée que les sautes d’humeur nous rendent peu instables : l’accent devrait plutôt être mis sur le fait que nous continuons à faire les choses tout en devant gérer avec les joyeusetés hormonales et une substance visqueuse sur nos sous-vêtements. Ça nous rend plus fortes».

Par la suite, Ariella Elovic aimerait mettre l'accent sur les personnes transgenres ou «au genre non conforme» dans ses illustrations, qui elles aussi peuvent avoir leurs menstruations.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles