Un médecin canadien accusé d'avoir utilisé son sperme pour des inséminations

Les avocats ont affirmé avoir recueilli les témoignages de plus de 150 personnes mettant en cause les pratiques du spécialiste depuis les années 1970.[MARCEL MOCHET / AFP]

Un médecin spécialiste de la fertilité, exerçant dans la ville d'Ottawa (Canada), est accusé d'avoir inséminé onze de ses patientes avec son propre sperme.

Une première plainte avait été déposée en 2016 contre le Dr Norman Barwin par une famille l'accusant d'avoir utilisé son sperme plutôt que celui du père pour concevoir leur fille née en 1990.

Un médecin de famille avait annoncé aux parents, qui avaient tous les deux les yeux bleus, qu'il était impossible qu'ils aient conçu une enfant aux yeux marrons. Un test ADN a, par la suite, confirmé qu'il n'y avait aucun lien de parenté entre la fille et le père, rapporte le Guardian.

Un recours collectif a ensuite été lancé par la fille du couple et une autre femme en 2016. Durant les mois qui ont suivi, les avocats ont affirmé avoir recueilli les témoignages de plus de cent-cinquante personnes mettant en cause les pratiques du spécialiste depuis les années 1970.

Mis en cause dans 51 autres cas

Mardi, les avocats ont annoncé que des analyses d'ADN avaient révélé que le Dr Norman Barwin est le père biologique de onze enfants issus de familles qui avaient fait appel à lui pour des inséminations.

Dans seize autres cas, l'ADN des enfants ne correspond pas à celui de leur père. Pour trente-cinq autres cas, dans lesquels les parents ont eu recours à un don anonyme, l'ADN ne correspond pas au bon donneur. Les 51 personnes concernées devraient se joindre à la plainte collective, selon les avocats.

Le médecin a démissionné de l'Ordre des médecins en 2014 et avait cessé d'exercer deux ans plus tôt, rapporte France Info.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles