Algérie : deuil national de trois jours après la chute d'un avion militaire

L'avion a été totalement ravagé par les flammes. [Ryad KRAMDI / AFP]

Suite au crash d'un avion militaire algérien, qui a fait 257 morts ce mercredi 11 avril, près de la base aérienne de Boufarik, au sud d'Alger, le président algérien Abdelaziz Bouteflika a décrété un deuil national de trois jours à compter d'aujourd'hui.

Il a également «ordonné» que soit récitée en mémoire des victimes la Prière de l'absent vendredi, après la grande prière musulmane hebdomadaire, a expliqué la présidence dans un communiqué.

L'AFP souligne que cet accident est la pire catastrophe aérienne - civile ou militaire - survenue en Algérie et la quatrième la plus meurtrière dans le monde depuis 20 ans.

Des centaines de véhicules de secours étaient sur les lieux du drame. Les images diffusées par la télévision algérienne montraient des flammes et une épaisse fumée s'échapper de l'appareil, en plein milieu d'un champ non-habité. Pour une raison encore inconnue, l'avion s'est écrasé peu après son décollage de la base aérienne de Boufarik, à une trentaine de km au sud d'Alger, avant de s'enflammer. L'épave calcinée git à une centaine de mètres des murs d'enceinte de la base. Le ministère de la Défense algérien a précisé que les victimes sont des militaires, des membres de leurs familles et l'équipage. 

Le chef d'Etat-Major sur les lieux

Dans un communiqué, l'armée algérienne indiquait que le chef d'Etat-Major, Ahmed Gaïd Salah, se rendait sur les lieux du crash. Il a par ailleurs ordonné l'ouverture d'une commission d'enquête afin de faire toute la lumière sur les circonstances de l'accident. 

Selon les informations de la presse algérienne, l'avion était un Iliouchine Il-76, un gros porteur de fabrication russe, en partance pour Bechar (ouest). 

Plusieurs appareils militaires algériens ont subi des accidents ces dernières années, faisant des dizaines de victimes.

En février 2014, 77 personnes, militaires et membres de leur famille, avaient péri dans l'accident d'un Hercules C-130, appareil de transport de l'armée algérienne, qui s'était écrasé alors qu'il survolait le mont Fortas, près d'Oum El Bouaghi (500 km à l'est d'Alger).

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles