Un ulcère mangeur de chair inquiète les scientifiques

La bactérie attaque la peau, causant des lésions profondes.[SCHNEYDER MENDOZA / AFP]

Les médecins australiens appellent à la mobilisation face à l'inquiétante progression d'une épidémie d'ulcère «mangeur de chair» dans l'Etat de Victoria. Cette maladie de la peau appelée «ulcère de Buruli» est une maladie de la peau que l'on retrouve habituellement dans les zones tropicales en Afrique. 

Provoquée par une bactérie, elle a connu une progression fulgurante depuis 2016, avec 275 cas, soit une progression de plus de 50%. Et les médecins restent impuissants en l'absence de traitement, alors que la maladie devient de plus en plus agressive. 

Difficiles à traiter, les ulcères causent de sérieux dégâts, la bactérie rongeant la peau et laissant des traces nécessistant des interventions de chirurgie réparatrice. Et les patients, une fois guéris, mettent 6 mois à un an à s'en remettre totalement. 

Les spécialistes s'interrogent également sur l'origine de l'apparition de l'ulcère en Australie, dans une zone tempérée. «Personne ne comprend ce qui se passe et ce qui alimente cette épidémie», a déclaré le Dr O'Brien, co-auteur de l'appel publié dans le Medical Journal of Australia, à la BBC. «Nous pouvons évoquer des hypothèses mais pas de conseils définitifs. C'est un mystère.» Il a également affirmé que le vrai problème était que l'urgence était telle que la priorité était de mener des recherches afin de trouver un traitement.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles