New York : la statue d’un médecin ayant pratiqué des expériences sur des esclaves noires a été retirée

Malgré sa contribution à la médecine moderne, James Marion Sims est également connu pour avoir effectué des expériences gynécologiques sur des esclaves[Thomas URBAIN / AFP]

La statue du Dr James Marion Sims, que certains considèrent comme le père de la gynécologie moderne a été retirée des abords de Central Park (New-York) en raison des expériences médicales que le médecin aurait menées pendant sa carrière.

En effet, malgré sa contribution à la médecine moderne, le scientifique est également tristement connu pour avoir effectué des expériences gynécologiques sur des femmes esclaves qu'il achetait à cet effet. D'après Terra Femina, elles «restaient la propriété de l'homme dans son hôpital privé en Alabama». 

Des opérations expérimentales sans anesthésie auraient été menées sur des Noires. Une de ses esclaves aurait subi près de trente opérations de chirurgie. 

La statue de l'inventeur du spéculum a été transférée dans le cimetière où se trouve sa dépouille, à Brooklyn.

Trente opérations sur une même esclave

Plus tôt dans la semaine, une commission formée par le maire new-yorkais Bill de Blasio a unanimement approuvé la destitution de la statue. Depuis quelques mois, les pétitions en ligne demandant son déboulonnage s'étaient multpliées. 

Une requête de longue date

Des habitants exigeaient déjà le retrait de la statue en 2010, comme l'a souligné une internaute 

«Les activités d'Harlem ont débuté leur mobilisation pour le retrait de la statue du Dr Sims de Central Park en 2010. Aujourd'hui, ils constatent leur victoire», a-t-elle indiqué, mardi.

Cette remise en cause des représentations honorifiques dans les villes américaines avaient pris de l'ampleur en 2017. En août, des habitants militaient, à Charlottesville, en faveur du retrait des statues de figures esclavagistes.

C'est dans ce contexte tendu qu'avaient d'ailleurs éclaté les violences opposant des suprémacistes blancs à militants anti-racistes. Une jeune femme avait été tuée lors d'une manifestation. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles