Qui sont les membres de Génération identitaire ?

Les militants du groupe Génération Identitaire (ici dans le col de l'Echelle) ont des liens avec le Front National. [ROMAIN LAFABREGUE / AFP]

Quelques heures avant l'adoption par l'Assemblée nationale du projet de loi controversé «Asile et Immigration», un groupuscule d'extrême-droite anti-migrants menait ce week-end une «opération de communication» au col de l'Echelle, à la frontière italienne, pour fustiger le passage des clandestins.

Entre 80 et 100 membres de Génération Identitaire ont déployé une banderole rouge «No way, back to your homeland» («sans issue, regagnez votre pays»), avant de bloquer le passage à l'aide d'une frontière en plastique.

Mais, qui sont-ils exactement ? 

Ces militants, qui «se mobilisent face au raz-de-marée de l'immigration massive», peut-on lire sur leur site internet, sont tous très jeunes (22 ans en moyenne). 

Le groupuscule qui compte 2.000 adhérents dans l'Hexagone, est particulièrement réparti autour des métropoles lyonnaise, niçoise ou parisienne, et possède aussi des antennes en Italie, en Allemagne ou en Autriche

«Avoir l'air normal»

Nombre d'entre eux sont issus du Bloc identitaire, créé en 2002 et inactif désormais.

D'après certains politologues, la mouvance d'extrême droite constitue une passerelle politique pour rejoindre ensuite le Front national

Ils sont particulièrement vigilants sur leur apparence physique, comme le soulignait le politologue Jean-Yves Camus à Europe 1 :

«Ils souhaitent éviter, dans la gestuelle, l'habillement ou le look, tout ce qui pourraient les faire assimiler à des fascistes ou à des néo-nazis. Il s'agit tout simplement d'être normal». 

Depuis leur création en 2012, les membres du groupuscule tentent de multiplier les actions «spectaculaires», afin de les rendre médiatiques, à l'instar de l'occupation du toit d'une mosquée à Poitiers (2012) ou de l'utilisation d'un navire en Méditerranée pour empêcher les migrants de rejoindre les côtes européennes (2016).

Mais, selon plusieurs experts, leur force d'action est à relativiser. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles