«Humiliée» et «brisée», la femme d'Harvey Weinstein sort du silence

«Et puis les histoires ont empiré et j'ai réalisé que ce n'était pas un accident isolé», raconte Georgina Chapman, la femme d'Harvey Weinstein. [PASCAL LE SEGRETAIN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Georgina Chapman, la femme du producteur hollywoodien, est revenue, au cours d’une interview accordée à Vogue, sur le calvaire qu’elle a vécu au moment de l’explosion de l’«affaire Weinstein».

La créatrice de mode met enfin des mots sur ce qu'elle a traversé. «J'ai été tellement humiliée et j'étais si brisée que... je... je ne pensais pas que ce serait respectueux de parler. C'est toujours très très dur», explique l'épouse bafouée dans le numéro de juin de Vogue. Cinq jours après la révélation du scandale, Georgina demande le divorce. 

«J'avais des moments de fureur»

Après avoir quitté son mari, dont elle va récupérer 15 millions de dollars, Georgina s'est éloignée des tapis rouge, sa marque «Marchesa» ayant été boudée par le monde de la mode, qui l'associait au scandale qui faisait trembler Hollywood. Ce n'est qu'après le Met Gala 2018 que sa marque sera à nouveau portée par une star (en l'occurrence Scarlett Johansson, qui a entièrement assumé son choix), rapporte Purepeople.

A bout, Georgina Chapman finit par aller voir un psychologue. «Au début, je ne pouvais pas parce que j'étais trop sous le choc. Et j'ai quelque part pensé que je ne méritais pas cela. Et puis j'ai réalisé : 'C'est arrivé. Je dois faire avec. Je dois aller de l'avant', raconte-t-elle. Il y avait une part de moi qui était naïve – clairement tellement naïve. J'avais des moments de fureur. Des moments de confusion. Des moments d'incrédulité.» Elle dit avoir «pleuré» pour ses deux enfants. «A quoi leurs vies vont-elles ressembler ? Qu'est-ce que les gens vont leur dire ? Ils aiment leur papa. Je ne peux pas le supporter», confie-t-elle.

«Je savais que je devais partir»

L’épouse meurtrie du producteur déchu dit avoir «perdu 4,5 kilos en 5 jours». «Je ne pouvais pas garder de la nourriture en moi», explique-t-elle. «C'était difficile parce que le premier article était à propos d'un fait qui s'est déroulé avant que je le rencontre», constate-t-elle avec horreur, assurant tout ignorer des agressions à répétition de son mari. «Et puis les histoires ont empiré et j'ai réalisé que ce n'était pas un accident isolé. Je savais que je devais partir et prendre les enfants.»

La vie de Georgina Chapman a basculé alors qu’elle pensait nager dans le bonheur. «C'est ce qui rend la chose incroyablement douloureuse : j'avais ce que je pensais être un mariage heureux. J'adorais ma vie», assure-t-elle.

Dans Vogue, Anna Wintour témoigne elle aussi de l’état alarmant de sa consoeur. «Quand j'ai été voir Georgina pas très longtemps après les révélations, elle était presque muette, en état de choc, essayant de contrôler ses émotions – colère, culpabilité, dégoût, peur – tout en se confrontant au terrible coût humain, au sens large, de tout cela», raconte l'éditrice.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles