Indonésie : 11 morts et 40 blessés dans des attaques contre des églises

Des attentats à la bombe contre des églises ont fait au moins onze morts et quarante blessés, à Surabaya, en Indonésie, pays musulman le plus peuplé du monde.

Les trois attaques ont eu lieu dans trois endroits différents, à dix minutes d’intervalle. La première explosion s’étant produite à 07h30 (00h30 GMT), selon les informations de la police de Surabaya, dans l'est de l'île de Java.

«Onze personnes sont mortes et quarante ont été blessées», a déclaré un porte-parole de la police locale, Frans Barung Mangera. Parmi les blessés, figurent deux policiers. Les attaques, revendiquées par Daesh, ont été menées par une famille de six personnes, dont deux fillettes de 9 et 21 ans, et les deux fils de 16 et 18 ans. Ils étaient liés au mouvement Jamaah Ansharut Daulah, un groupe qui soutient Daesh.

La télévision a diffusé des images d'une personne conduisant sa moto à proximité d'une église avant qu'une explosion ne se produise. D'autres images montraient un véhicule en feu d'où s'élevait une colonne de fumée noire. Des démineurs de la police ont part ailleurs désamorcé des bombes à la Gereja Pantekosta Pusat Surabaya (Eglise pentecôtiste du centre de Surabaya).

Des photos diffusées par les médias locaux ce dimanche montrent un corps gisant devant l’église Santa Maria. «J’étais effrayé, beaucoup de gens criaient», raconte Ronan, un homme de 23 ans, témoin de l’explosion, à l’AFP.

Au moins l’un des terroristes a été tué au moment de l'explosion de la bombe à Santa Maria. La police n’a pas donné de précisions concernant les autres assaillants.

Ces attaques surviennent dans un contexte tendu en Indonésie, après de nombreuses attaques perpétrées ces dernières années. Il y a quelques jours, un policier et un détenu avaient été tués au cours d’affrontements dans une prison de haute sécurité dans la banlieue de Jakarta. Daesh avait revendiqué l’incident, mais la police indonésienne avait écarté son implication.

D’autres attaques visant des églises ont eu lieu en Indonésie ces dernières années. En février dernier, la police était parvenue à maîtriser un homme armé d’une épée qui avait attaqué une église remplie de fidèles, blessant quatre personnes, dont un prêtre.

En 2016, un adolescent était entré dans une église et avait légèrement blessé un prêtre au bras avec un couteau, avant d’être maîtrisé par les fidèles présents. La même année, un homme avait été condamné à la réclusion à perpétuité pour une attaque au cocktail Molotov sur une église.

Autant d’illustrations d’un contexte tendu en Indonésie, où l’intolérance religieuse a augmenté ces dernières années. L’Indonésie, pays de 260 millions d'habitants dont près de 90% sont de confession musulmane, compte aussi des minorités comme les chrétiens, hindous et bouddhistes.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles