Chine : comment le système de notation façon Black Mirror a déjà pénalisé des milliers d'habitants

Et si toutes nos interactions sociales étaient scrutées et évaluées ? C'est le postulat d'un épisode de la série d'anticipation britannique Black Mirror. [Capture d'écran Youtube / Netflix-Black Mirror, Nosedive Featurette]

Les fans de la série s'en souviennent encore. Dans son épisode Nosedive, Black Mirror mettait en scène une société au sein de laquelle toutes nos intéractions sociales étaient notées. Une prévision dystopique bien réelle en Chine, où le gouvernement a mis en place depuis 2014 un système de notation de ses citoyens.

Un système qui a déjà des répercussions réelles sur le quotidien des chinois, puisque il les aurait empêché de prendre quelque 11,14 millions de vols et 4,25 millions de trains, d'après le média étatique Global Times.

En outre, cette liste noire qui pénalise les citoyens ayant un «mauvais comportement» les empêche d'accéder à de nombreux services publics, mais aussi d'envoyer leurs enfants dans les meilleures écoles ou d'obtenir une promotion au travail.

Autant de mesures qui visent à ce que les «personnes discréditées sombrent dans la faillite», confiait ainsi un ex-haut responsable du centre de recherches du Conseil d'Etat chinois au Global Time.

Quid des «mauvais comportements» ?

Mais concrètement, quels sont ces mauvais comportements ?

Pour la commission en charge de la notation, ils sont légion : fumer dans un transport en commun, avoir un ticket non valide, ne pas payer ses amendes, refuser d'effectuer son service militaire ou encore propager des fake news sur le terrorisme.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles