Tout savoir sur le virus Nipah

Il n'existe aucun vaccin contre le virus Nipah. [AFP]

Dans le sud de l’Inde, au moins 10 personnes ont succombé au virus Nipah et une centaine d’autres ont été placées en en quarantaine. Les autorités sanitaires sont en état d’alerte face à ce virus mortel.

Le virus Nipah est bien connu en Asie, où il sévit généralement dans les zones rurales.

La chauve-souris frugivore est l’hôte naturel de cette maladie. Comme l’explique l’OMS (Organisation mondiale de la Santé), le mode de transmission à l’humain peut se faire ensuite par deux vecteurs : soit direct, après que la chauve-souris a contaminé de la nourriture, consommée par la suite par l’homme. Soit via un hôte intermédiaire, généralement le porc. Les cas de transmission interhumaine ont également été signalés.

En 1999, lorsqu’il a été identifié pour la première fois en Malaisie, le virus Nipah avait d’abord infecté des fermes porcines. L’épidémie avait alors provoqué une centaine de décès.

Quels sont les symptômes ? 

Lorsque l’homme est infecté, la maladie peut ne provoquer aucun symptôme les premiers jours ou alors un simple syndrome grippal. Le virus se caractérise par la suite d’importantes difficultés respiratoires. La maladie peut également provoquer des encéphalites (l’inflammation d’une partie du cerveau) et entraîner le coma.

A ce jour, il n’existe aucun vaccin contre le virus Nipah, qui se révèle mortel dans 70% des cas.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles