Un massage cardiaque au rythme de «La Macarena» peut-il sauver des vies ?

Pratiquer un massage cardiaque peut sauver une vie en aidant à maintenir l'irrigation du cerveau en oxygène, le temps qu'arrivent les secours.[PATRICK HERTZOG / AFP]

Le tempo de ce tube de l'été serait similaire à celui préconisé pour une réanimation cardiaque. 

Des chercheurs de l'université de Barcelone et de l'hôpital clinique de Barcelone ont affirmé, ce samedi, que «La Macarena» pourrait sauver des vies. L'annonce est surprenante et pourtant les chercheurs espagnols expliquent que la chanson de Los del Rio, sortie en 1993, donne le bon tempo au moment de pratiquer un massage cardiaque, à savoir 100 à 120 compressions par minute.  

Afin de prouver que cela fonctionne, ils ont recruté 164 étudiants en médecine comme cobayes, qu'ils ont ensuite séparé en trois groupes. Ils étaient tous chargés de pratiquer des massages cardiaques sur des mannequins pendant deux minutes. Les résultats ont été meilleurs chez ceux qui utilisaient un métronome réglé sur 103 coups par minute, à l'aide d'une application de téléphone portable. 91% d'entre eux ont tenu la bonne cadence. 

Quant à ceux qui ont suivi mentalement le tempo de «La Macarena», ils ont été 74% à suivre cette cadence. En revanche, les étudiants qui ont pratiqué le massage sans instructions, ni repères particuliers ont été seulement 24% à tenir la bonne cadence. 

DEs bienfaits reconnus

Dans un communiqué de la Société européenne d'anesthésie-réanimation, qui organisait son congrès à Copenhague, le chercheur Enrique Carrero Cardenal souligne «qu'aussi bien l'application que l'outil mnémotechnique de La Macarena ont amélioré la qualité des compressions thoraciques». Mais la chanson aurait un avantage : «ceux qui se calaient dessus démarraient vite, tandis que ceux qui écoutaient le métronome avaient plus de retard à l'allumage avant de pratiquer la première compression», conclut-il. 

Pratiquer un massage cardiaque peut sauver une vie en aidant à maintenir l'irrigation du cerveau en oxygène, le temps qu'arrivent les secours. Mais pratiquer ce geste nécessite «un apprentissage avec un formateur spécialisé», indique la Croix-Rouge française sur son site internet. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles