Attentat déjoué contre l'opposition iranienne : 2 personnes relâchées, une garde à vue encore en cours en France

Deux personnes ont été relâchées et une troisième est encore en garde à vue en France dans l'enquête sur un projet d'attentat déjoué contre un rassemblement de l'opposition iranienne qui s'est tenu samedi au nord de Paris, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Alors que ces trois personnes avaient été interpellées samedi, un couple avait été arrêté le même jour à Bruxelles en possession d'explosifs, soupçonné d'avoir planifié un attentat à Villepinte, lors d'un rassemblement des Moudjahidine du peuple iranien (MEK). Le parquet français avait ouvert une enquête pour «association de malfaiteurs terroriste criminelle» le 28 juin, deux jours avant ce meeting, confiée à la DGSI (Direction général de la sécurité intérieure), selon une source judiciaire.

Amir S., 38 ans, et son épouse Nasimeh N., 33 ans, ont été placés sous mandat d'arrêt par un juge d'instruction d'Anvers. Ils sont soupçonnés d'avoir voulu attaquer une conférence organisée le 30 juin dernier à Villepinte par les Moudjahidines du Peuple Iranien (MEK), un parti d'opposition interdit par le gouvernement iranien. Près de 25.000 personnes avaient assisté à l'évènement.

Les enquêteurs français soupçonneraient les services secrets iraniens d'être derrière la préparation de cet attentat.

500 grammes d'explosif découverts

Amir S. et Nasimeh N. ont été interpellés alors qu'ils se trouvaient à bord de leur véhicule par les unités spéciales de la police de Woluwe-Saint-Pierre. Près de 500 grammes d'explosif TATP ainsi qu'un mécanisme de mise à feu ont été découverts dans leur voiture, cachés dans une trousse de toilette.

L'un de leur complices présumé a été privé de liberté en France, alors que deux autres personnes ont été remises en liberté après avoir été auditionnées.

Les services de police français et belge, ainsi que les autorités judiciaires françaises et allemandes et le renseignement américain ont participé à l'enquête qui a permis de déjouer cet attentat.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles